AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Elizabeth I. Winingham ● « Complaisante Cruauté, Mélodieuse Folie »

Aller en bas 
AuteurMessage
Elizabeth I. Winingham
Vampire magnifique. On se demande ce qu'elle fait avec le mal coiffé.
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 05/06/2009

MORE THAN YOUR BLOOD
YES, I HAVE FRIENDS:

MessageSujet: Elizabeth I. Winingham ● « Complaisante Cruauté, Mélodieuse Folie »   Dim 7 Juin - 5:02



Elizabeth Isleen Winingham
186 ans / 18 ans
Vampire
DRINKIN' BLOOD IS OUR VICE



MusicPlaylist
Music Playlist at MixPod.com

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth I. Winingham
Vampire magnifique. On se demande ce qu'elle fait avec le mal coiffé.
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 05/06/2009

MORE THAN YOUR BLOOD
YES, I HAVE FRIENDS:

MessageSujet: Re: Elizabeth I. Winingham ● « Complaisante Cruauté, Mélodieuse Folie »   Dim 7 Juin - 5:03


Am I the girl who has everything?
The one who everybody wants to be?
I wear this smile on my sleeve
Try to be what you want me to be

Ecouter Pretty Ugly



    1822 – Quelle image les autres peuvent avoir de moi? Suis-je seulement une beauté pure de la société qui n’évoque rien de plus ? J’ai l’impression d’être une femme évoluée de par mon éducation et ma condition familiale, mais qui ne sait que faire de sa vie. Je ne trouve aucune raison de vivre plus longtemps dans un monde où je ne me sens pas à ma place. Si seulement mon cœur était attaché à quelqu’un, autre que mon père, autre que mes bouquins sur ma table de chevet… Mais à croire, qu’on désire juste m’admirer pour ce que je représente et non pour ce que je suis. Le reflet que me renvoie ce miroir me rend encore plus nostalgique d’une jeunesse perdue. Ainsi je suis devenue la fille de bonne famille qui a le devoir d’écouter et d’être présente à chaque déplacement important du Gouverneur. Adieu l’innocence et le rire d’un enfant, d’une adolescente. Bienvenue à la Femme secrète, l’image secondaire. Celle qui ne dit mot et obéit au mari ou paternel, tant que ce dernier n’ait pas encore trouvé le prétendant idéal. Le rôle de la Femme m’est de plus en plus injuste alors que je commence à développer mon esprit critique. Oui chère moi-même, tu es malheureuse, ton regard océanique et affligé me le prouve de jours en jours. Tu ne sers qu’à sourire devant ceux qui t’entourent. Et le plus étrange, c’est que personne ne voit au-delà de ce que tu montres. Une personne pathétique et sans intérêt. Et tant pis si au fond de toi, un volcan bouillonne d’idées et de jugements. Tu n’es tout simplement bonne à rien Elizabeth Isleen Winingham. Tu n’es sûrement pas née à la bonne époque ou tu n’es tout simplement pas faite pour vivre.

    Je te présente mon peigne, fidèle ami de mes doutes lorsque j’étais plus jeune. Enfin, jeunesse en tant que chose docile et délicate, ce qui n’est éventuellement plus à présent le cas et qui remonte à très… très… loin. Je ne vois plus aucune utilité maintenant de me rendre malade pour un monde pas fait pour moi. Mais je le garde près de moi comme objet de décoration, d’antiquité si tu préfères. Tiens… Veux-tu t’en servir ? Peut-être que toi aussi tu as besoin d’évacuer toutes mauvaises pensées de ta tête ? Ne bouge pas, je vais moi-même m’occuper de toi. Tu es dans un tel état que j’éprouve de la sympathie à te regarder gémir. Voyons, Petit Oiseau, ouvre donc un peu les yeux et découvre ce monde fabuleux. Souris à l’obscurité effrayante, dérangée par une pleine lune imposante. T’arrive-t-il de ressentir la vieillesse te peser, toi l’éphémère ? Tu m’as l’air jeune, et pourtant tes yeux trahissent le contraire. Quel donc effet cela fait de mourir peu à peu de vieillesse ? Sentir son cœur défaillir, les forces s’affaiblir ? Je n’ai jamais eu la malchance de connaître cette faiblesse. Mais pour rien au monde, je ne souhaiterais changer ce que je possède pour ne serait-ce qu’entrevoir une fin des plus médiocres. Ma vie en a décidé autrement me diras-tu, ou plutôt mon alliée La Mort m’a offert un marché plus intéressant. Je dirais avec fierté que le Diable m’a recrutée parmi ses fidèles. Je suis de ceux qui sont craints ou admirés, aimés ou détestés. Ma force de persuasion est telle que peu arrive à me filer entre les doigts. Je n’ai encore jamais vu une souris déguerpir sous mon regard étincelant, de chat affamé. Ma sagesse de prédatrice a atteint son apogée après plus d’une cent cinquantaines d’années. Et je suis désolée de t’apprendre la bonne nouvelle mais tu ne vas pas être le premier à y échapper. Comment ? Tu souhaites t’exprimer… J’hésite à te permettre la parole douce créature. Mais tu as la peau si chaude, si douce…qu’il me serait difficile de ne pas me soumettre à tes derniers désirs. Que je serais tentée par un tel péché ! qui attendra malgré tout. « Vous dites que vous avez atteint votre apogée pourtant vous êtes plus jeune que certains des vampires que j’ai pu connaître ces temps ci… » Insolent et misérable mortel. Tu n’imagines pas à quel point tu m’affectes à dire de telles sottises ! Me croirais-tu si prude si je te disais qu’il m’était impossible d’en apprendre d’avantage de mes anciens ? Non, évidemment et si la raison se traduisait par ma fragilité, se définissant à même les os si tentés qu’ils craquent encore, le croirais-tu ? Imbécile, j’ai appris tout ce qu’il y avait à savoir, du moins je le pense, de mes deux maître d’apprentissages, les plus compétents qui puissent exister en ce bas monde. Certes je leur suis différente à bien des niveaux. Toi-même sans doute, tu as pu le constater… Quelle est donc ma faute de fabrication ? Je tente encore et toujours de le savoir alors que ma moue angélique attire les plus naïfs. Personne ne se rend compte qu’il me manque une case. Pauvre d’eux, Pauvres âmes innocentes… La plupart me rappelle qui j’étais lorsque j’avais le sang chaud, un cœur battant avec entrain comme un papillon et le regard curieux, avide d’en connaître plus au plus vite. Si tu savais ce que j’ai vécu… J’étais si inexistante auparavant, tout comme toi. A me poser d’innombrables questions et agissant comme un automate. Jusqu’à ce que je le rencontre. L’Ange déchu. Mon premier grand amour comme je le considérais, insignifiante que j’étais.


I wanna break free from these walls and say
goodbye to the feelings that I've known before
I try to fight back the urge to hideaway
and let it, let it, let it open my eyes
to the other side

Ecouter The Other Side



    1823- J’ai rencontré l’Homme de ma vie. Je sais, c’est absurde d’en arriver à dire ces choses là alors que je ne le connais que depuis un mois mais je suis certaine, que mon âme s’est reliée à lui dés que nos regards se sont croisés. Il est si mystérieux, si intouchable qu’imaginer une nouvelle fois ses yeux pénétrer aussi intensément dans les miens, me redonne la chair de poule. Je ne connais personne qui lui ressemble, ni dans sa présence, ni dans son physique parfait, ni dans sa façon d’être à part entière. J’ai l’impression qu’il arrive d’un autre hémisphère, qu’il était venu spécialement pour moi et me sauver de ma routine. Père me l’a présenté en tant que personnage important. Lilian Hansen, si ce nom n’est pas fait sur mesure pour un Ange ! Espérons qu’il ne disparaitra pas de la surface de cette terre avant longtemps. J’ai enfin trouvé une personne qui pourrait être capable de découvrir, j’en suis certaine, ma véritable nature. Si le charme s’opère des deux côtés, peut-être aurais-je la chance de l’épouser et de passer le reste de ma vie à ses côtés. Mariée à 18ans, est ce si tard auprès de mes amies, mais si j’ai la chance de rencontrer ma moitié, alors rien ne vaut un tel retard. Je commence à penser comme toutes ces personnes de la société, aussi niaises qu’une fraiche jeune fille de quinze ans. Me ferait-il perdre la tête ? En tout cas, il est vrai que je perds mes moyens à ses côtés. Habituée à ne dire un mot, il m’est difficile de lui parler avec franchise et naturel. D’ailleurs, il le ressent sûrement, d’où les nombreuses fois où j’ai pu le voir indifférent, voire même insolent dans son comportement. Oui, s’il est vrai qu’il agisse ainsi, comment espérer et croire en un avenir à deux ? Et pourtant, parfois il se montre si entreprenant que la plupart de mon entourage en est venu à conclure qu’il me courtisait. A la fois froid et sociable, inhumain et attentionné, il en reste un phénomène complexe.

    S’il ne me courtisait qu’à moitié en ce début de printemps, aujourd’hui, il me désire ardemment. Tout a changé en une fameuse soirée de charité. Son regard donnait l’impression d’être de la braise lorsqu’il posait les yeux sur moi, comme s’il avait enlevé un voile et qu’il me voyait à présent comme une personne attrayante. Une personne qu’il voulait à tout prix posséder. J’ose avouer qu’à certains moments, la peur me prenait car j’avais l’impression d’être face à une créature assoiffée. D’où les questions aussi qui commencèrent à se faufiler en moi. Mais cette peur ne dura pas. Les jours qui suivirent le bal, Lilian me couvait plus d’une attention affective que d’un luxe à s’offrir pour le goûter. Et même plus tard, alors que nous avions dévoilés nos sentiments et que plusieurs mois étaient passés, je me sentais en sécurité dans ses bras. Pourtant, rien en lui n’aurait du me faire sentir aussi bien. Sa peau était glacée, sa force si incontrôlable. Tout me paraissait étrange. D’autant plus que j’apprenais au fur et à mesure, des rumeurs concernant les personnes disparues dans ma ville. Et Lilian en était le parfait suspect. Je ne tardais pas à tout mettre en ordre, et à me douter de ce qu’il ressortait de cette affaire. Mais au lieu de m’effrayer, il m’attirait toujours plus ! Je me forçais de me raisonner mais il m’était difficile d’imaginer un avenir sans lui. Alors tout comme mon père, au fur et à mesure des jours, je lui sous entendais soigneusement de faire sa demande. J’avais envie de vivre plus avec lui, quitte à devenir une créature des ténèbres. Je l’aimais, à perdre mon âme. Ainsi, quand il m’a révélé enfin la vérité, j’avais feint la surprise mais au lieu de m’éloigner et de le faire disparaître de ma vie, je l’ai incité à me faire connaître la souffrance. «Je vous aime, Elizabeth, mais... je ne devrais pas. Non ! Laissez-moi finir... Je suis... je suis de ses créatures que vous, humains, n'imaginez que dans les livres... Je sais que vous aimez ce genre de littérature, Elizabeth, mais croyez moi, la réalité est bel et bien différente. Je suis un être vil... J'aime torturer les gens, et je le fais de façon si malsaine que vous ne supporteriez pas d'entendre tout cela... Vous étiez sensé être ma victime, Elizabeth, mais j'ai... je. Vous étiez un défi, et j'ai perdu. Je devrais vous tuer dans quelques mois maintenant, mais... vous êtes si... vous êtes Elizabeth, et je ne pourrai supporter de vous faire du mal. » Ainsi il était machiavélique, trompeur, démoniaque et pourtant il montrait un acte de courage en n’effleurant pas mon cou de ses dents aiguisées. Combien d’occasions s’étaient présentées à lui ? Certes, cette mascarade révélait derrière un défi dont le compte à rebours s’était activé depuis quelques mois déjà, mais pourquoi me dire la vérité ? Pourquoi me dire qu’il ne voulait pas me faire du mal ? Lilian était un ange au-delà de sa condition, je l’avais ressenti dés le début… et ainsi je m’offrais à lui en lui présentant mon cou. Il était temps pour nous de passer outre. Il fallait avancer sinon j’allais le perdre. Et j’étais prête à m’adapter à sa façon de vivre. A présent, nous sommes plus soudés que n’importe quel couple, même si nous formions à nous deux, un amour des plus malsains et morbides.


    L’Amour… Je ne sais pas si tu connais ce qu’est l’amour Coccinelle. Mais crois moi, il n’y a rien de plus envoûtant et piégeur que l’Amour. Ou alors était-ce la fameuse attirance que déploie le Vampire ? N’est-il pas que tu es attirée par moi ? Par ce que je dégage ? Tout en moi te donne du plaisir même si tu essayes de t’en dissuader. L’envie d’être victime. J’aime déployer ce pouvoir, m’en servir jusqu’à ce que tu ne puisses plus penser par toi-même. Faire du libre arbitre de la bouillie ! Imagine, là maintenant, je peux avoir ta famille entière à ma charge, me supplier pour te relâcher ou au contraire, t’abandonner. Je pourrais faire d’eux ce que je veux, afin de subvenir à tous mes besoins Avoir la personne que tu aimes en ma possession. Te montrer à quel point il est facile de détourner leur amour de toi. Et tu ne pourrais rien y faire. Mais que dis-je, tu es déjà seule pauvre chose. Personne ne pense à toi sinon, penses tu bien, ils seraient déjà présents. Ne t’inquiète pas, moi aussi j’ai connu la dépendance. Moi aussi j’ai été sotte. Aimer alors qu’on reste seule et ce à jamais. Te rends-tu compte ? Aimer un vampire alors que je n’étais qu’une humaine. J’ai toujours su que quelque chose clochait chez moi. Il a fallu que je connaisse l’amour avec une créature… N’espère pas trouver en moi le prochain Lilian. J’éprouve un certain goût pour les mortels que seul mon appétit requiert. D’ailleurs, laisse mon ongle traverser ta peau, ta nuque, ton cou si tentant. Le sang qui y coule est pernicieux. Il laisse entrevoir des petites étoiles, on dirait l’héroïne que je cherchais. Ma douce drogue, comme tu m’as manquée. Crois-moi, la torture est favorable plutôt qu’à la mort. Même si je sais que déchirer la peau avec des ongles plutôt qu’avec des crocs donne moins de plaisir, tu auras ta part de jouissance. Je ne suis pas encore prête à me servir comme chez moi. Penses-tu bien, bonne âme qui attend ! J’aime quand le sang sèche après en avoir écoulé une quantité suffisante. Suis-je folle ? Oh … Non, ça… Cette pratique ne vient pas de moi.


Dernière édition par Elizabeth I. Winingham le Dim 7 Juin - 5:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth I. Winingham
Vampire magnifique. On se demande ce qu'elle fait avec le mal coiffé.
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 05/06/2009

MORE THAN YOUR BLOOD
YES, I HAVE FRIENDS:

MessageSujet: Re: Elizabeth I. Winingham ● « Complaisante Cruauté, Mélodieuse Folie »   Dim 7 Juin - 5:04

I wanna know, I wanna go
where the air will clear my soul
to see the light
I will find a way through the tunnel
Without the sun, when I'm undone
When you know you're the last someone
you want the truth
so you will find your way through the tunnel

Ecouter The Tunnel



    1823- Je prenais de plus en plus de plaisir à connaître les pratiques masochistes de Lilian envers ces victimes. Je me découvrais moi-même une âme perverse. Ce qui était plutôt étonnant envers mon petit-ami, qui lui justement commençait à regretter ce qu’il avait pratiqué. Sûrement parce qu’il imaginait ce qu’il aurait pu me faire s’il ne m’avait pas tant connue, s’il n’avait pas eu ce stupide défi qui lui avait fait promettre de me garder en vie. Je l’écoutais parler pendant des heures. Il n’y avait plus aucun secret, plus aucuns tabous. Je connaissais tout de lui, jusqu’à savoir son vrai prénom. Nous vivons l’harmonie sur tous les plans même s’il fallait risquer ma vie pour certaines coutumes basées sur le désir et l’envie de l’autre. Je savais d’ores et déjà que j’étais condamnée aux flammes. D’une parce que j’avais été attirée et tentée par un monstre de Satan et de Deux, parce que je n’avais pas respecté la règle de base qui était de rester vierge jusqu’au mariage. J’avais franchi les limites avec Lilian et j’en étais fière sur le moment. Lorsqu’il me mordait, je ressentais plus de plaisir que de culpabilité. Je n’avais jamais pensé à l’au-delà car j’étais presque certaine que Lilian ne me tuerait pas, ou au contraire, me laisserait devenir comme lui. Pourtant, ce soir, tout dérapa.

    Alors que cette effusion passionnée me prend de court, je suis prête à accueillir sa soif. Le voilà qui boit en moi, comme jamais. Il était revenu fervent, comme victorieux d’un combat et plus désireux de me satisfaire. Ce qu’il fit pendant quelques secondes, mais à présent, je sens les secondes s’écouler ainsi que mon souffle de vie. J’essaye de le repousser mais soit il est trop absorbé par son désir ou soit mes muscles se sont affaiblis. A ce moment, je me rends compte que je risque de mourir d’une seconde à l’autre. Ma vie défile sous mes yeux et la culpabilité revient de force. Si je quitte ce monde, où irais-je ? Est-ce que je m’évanouirais pour toujours ? Est-ce que je rejoindrais un autre lieu comme certains veulent nous faire croire ? J’aimerai voir une lumière me réchauffer le cœur et l’esprit mais je ne vois plus rien. Ni la lumière, ni Lilian. Par contre, le froid me glace le sang ! Que m’arrive-t-il ? Les secondes me paraissent des heures. Où est donc Lilian ? Qu’a-t-il fait de moi ? L’a-t-il fait exprès ? Voulait-il au bout du compte me tuer ? Et si c’était le cas, et si je m’étais faite piégée depuis le début. Peut-être avait-il tout prévus ! Je m’en veux. D’avoir été si bête, d’avoir cru aveuglement… Je sombre alors que je sens sur ma langue comme un goût de fer, ou d’acier que sais-je ? Ce goût là vient à me brûler la gorge et pourtant je sais que j’en ai besoin, comme s’il m’expirait une source de vie. La chaleur commence à me prendre le corps entier mais pourtant, je n’arrive pas à réagir face à ce phénomène. Au contraire, je sombre encore plus dans un chaos des plus troublants. Et je tombe. Prête à la souffrance. Ainsi, c’est ça l’enfer…


I'm not crazy, I know what i see, I hear them staring at me.
Paranoid, see it through my eyes.
I'm paranoid, through the twisted lies.
Insanity, it's a real fine line.
And I want you to know,
It's pschizophrenic psychoanalytical nightmares.

Ecouter Paranoid


    Pauvre corps qui ne m’a pas rassasié jusqu’au bout. Je suis désolée Hirondelle, mais tu m’as déçue pour le coup. Je pensais fermement que ton sang allait mieux me satisfaire mais non. A présent tu n’es qu’un chiffon dans mes bras. De plus un chiffon sans plus aucune valeur à mes yeux. Ha, je m’ennuie. Je n’aurais pas du te tuer aussi vite. Me voilà contrainte à faire le ménage. C’était un vrai plaisir de parler avec toi du bon vieux temps, tout de même. Rien que d’y penser, je serais prête à te trouver une remplaçante là, tout de suite ! Et tant pis pour la porcherie.
    Ce n’est pas correct Eli. Ne sois pas si gourmande et envieuse de ton passé.
    Pourquoi donc « envieuse » ? N’ais-je donc pas tout ce que je désire ici ? Théodore voyons, ce n’est pas parce que tu m’as quitté lâchement que je vais sombrer dans la dépression et la famine. Je sais fort bien que tu es parti en vainqueur, du moins c’est ce que tu veux croire mais je ne suis plus sous ta domination Théo. Libre comme l’air, je danse au rythme du tonnerre ! Sachant que je vais bientôt le retrouver, je compte les belles lurettes du passé. Il n’est pas loin, je le sens. Et lorsqu’il sera à ma portée, il sera rien qu’à moi ! Ne sois pas jaloux ! Tu sais très bien que tu n’as été que le numéro 2 dans l’histoire et maintenant que tu n’es plus, je retrouve celui qui m’a fait aimer notre nature. Tu m’as engendrée, d’accord. Tu es celui qui est resté auprès de moi, c’est bon. Tu m’as rendue folle aussi, d’accord. Tu m’as appris la chasse et la défense, ok. Et pourtant, cela n’a pas empêché aux vilains vampires végétariens que tu considérais comme « amis » de déchiqueter ta hargne, ta fierté, ton corps. Tu te ramollissais mon vieux. Il était temps que je prenne la relève. Oh un miroir, ami du soir qui ne me renvoie qu’une invisibilité sournoise. Tant pis, cela ne m’empêchera pas de me brosser les cheveux comme au bon vieux temps. Je suis prête à faire de nouvelles victimes. Regarde comme je m’embellis Théo, et ce pour ton fils. Il mérite enfin les belles surprises que je lui concocte en souvenirs du bon vieux temps. Ma première victime dans cette ville sera Lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth I. Winingham
Vampire magnifique. On se demande ce qu'elle fait avec le mal coiffé.
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 05/06/2009

MORE THAN YOUR BLOOD
YES, I HAVE FRIENDS:

MessageSujet: Re: Elizabeth I. Winingham ● « Complaisante Cruauté, Mélodieuse Folie »   Dim 7 Juin - 5:11

    Bonjour à tous !
    Je me présente, Marina alias Ciliana/Alaana pour pseudos (au cas où on me reconnaîtrait)
    Je suis complètement nulle pour les présentations, parce que je ne sais jamais quoi dire.
    Alors je me retrouve bête à taper sur mon clavier des choses qui n'ont rien à voir avec la logique du départ.
    D'ailleurs là je m'égare ^^ Bref, je vais bientôt avoir 20 ans, je fais mes études à Paris et je suis une passionnée de l'Art. Donc notamment, et passion première Le Chant. Après vient l'écriture, tout aussi important pour moi =)
    Ainsi je suis heureuse de vous rejoindre, grâce à notre chère amie Margot, Margotte ma craquotte Wink qui m'a tant fait d'éloges du forum ! J'espère que vous m'accepterez. Bien que mon perso soit un peu frappa-dingue, je vous assure, je ne viens pas de la même espèce. Quoi que, à se méfier tout de même <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Elizabeth I. Winingham ● « Complaisante Cruauté, Mélodieuse Folie »   Dim 7 Juin - 5:26

Merveilleuse merveilleuse merveilleuuuuse présentation, remarque je ne m'attendais pas à moins avec les compliments faits à ton égard par Rococodriel xD
Je te valide donc avec beaucoup de plaisir et ait hâte de RP avec toi !
Bienvenue sur le forum xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Elizabeth I. Winingham ● « Complaisante Cruauté, Mélodieuse Folie »   Dim 7 Juin - 15:10

'Margotte, ma craquotte'
Marina. Je vais te faire payer ce petit surnom :huhu:

Haha. Je te dis pas ce que je pense, tu sais déjà que tu me fais complexer.

Par contre, j'étais sensée avoir l'exclusivité. Tu n'auras donc aucun sujet avec Adriel. Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elizabeth I. Winingham ● « Complaisante Cruauté, Mélodieuse Folie »   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elizabeth I. Winingham ● « Complaisante Cruauté, Mélodieuse Folie »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [GQ III] Punta Stilo 1940 Royal Navy vs Supermarina
» Moi, ma vie, mes partiels
» [Jour III] Beata Maria.
» Signatures pour stopper la cruauté envers des animaux
» (f) Grande soeur, jeune maman, fierté de la famille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOODY HELL ▬ where are we now ..  :: 
▬ p r é a m b u l e ▬
 :: 
Présentations
 :: Welcome in your own nightmare
-
Sauter vers: