AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.

Aller en bas 
AuteurMessage
Omega S. Carter
Your blood in my veinsavatar

Messages : 139
Date d'inscription : 08/05/2009
Age : 25

MessageSujet: C''est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.   Sam 9 Mai - 17:09

«Le mal, c'est quelque chose de toujours possible. Et le bien, c'est quelque chose d'éternellement difficile.»








    Omega S. Carter
    ______
« Presque tous les hommes, frappés par l'attrait d'un faux bien ou d'une vaine gloire, se laissent séduire, volontairement ou par ignorance, à l'éclat trompeur de ceux qui méritent le mépris plutôt que la louange. »
nicolas marchiavel






      NOM Carter
      PRÉNOM(S) Omega Savanaa
      AGE 27 ans || Apparence de 17 ans
      PROFESSION Aucune.
      POINT FORT Son don de savoir faire souffrir physiquement une personne en se servant seulement de ses pensées.
    «C'est ici, et maintenant, que chacun d'entre vous se demande comment une jeune femme aussi douce et attendrissante qu'Emily Browning peut jouer le rôle d'un vampire sanguinaire .. Rassurez vous, Omega est encore plus méchante que vous pouvez l'imaginer. »


Dernière édition par Omega S. Carter le Jeu 14 Mai - 17:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega S. Carter
Your blood in my veinsavatar

Messages : 139
Date d'inscription : 08/05/2009
Age : 25

MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.   Sam 9 Mai - 18:23

« Je suis un monstre. »


    Les sons monotones et assourdissants de la musique me torturaient le crâne, et l'idée de quitter la fête en était de plus en plus attirante. Tentant désespérémant de me frayer un chemin à travers la foule, je priais pour que mon sac soit encore à la place où je l'avais laissé quelques heures auparavant. Cela ne m'étonna en rien lorsque je découvris qu'il n'y était plus, et je me rassura en me déclarant à moi-même qu'il n'y avait rien de précieux dedans, à part les 30 euros que j'avais pris pour boire. J'avais pris l'habitude, au fil du temps, de prendre plus d'argent qu'il n'en fallait, au cas où mais, ce soir là, il y avait eut comme enchantement quelques tournées gratuites qui m'avaient rassasiées. Lilou, une amie de classe, m'avait demandé de la racompagner au début de la soirée, puisqu'elle et moi habitions le même immeuble, mais je ne voulais pas attendre le lever du jour pour rentrer chez moi, et décidai d'aller à sa rencontre pour la prévenir.

    -Je vais y aller.

    Lui criai-je alors dans l'oreille, afin qu'elle m'entende. Elle ne parut pas surprise et ajouta, en hurlant bien plus fort.

    -Okay, t'en fais pas pour moi, Bryan va me ramener !

    Cela ne m'aurait pas étnonné de toute façon, cette fille était Marie Couche-toi-là incarnée.Je répondai quand même, en toute politesse.
    -Bonne soirée alors !

    Mais je sortis de là avant même t'entendre sa réponse.

    La nuit était tombée depuis bien longtemps à présent, et la fraîcheur que l’absence de soleil créait me faisait frissonner. Je n’étais pas de nature frileuse, mais, étrangement, ce soir là, je trouvait la température bien en dessous de ce qu’elle aurait du être pour une nuit d’été. Je marchait, lentement, dans les rues de Napalee, me remémorant la soirée que j’avais vécu. Nous étions tous là, entassés comme des sacs, à boire comme des trous et à s’éclater les tympans bêtement. Nous faisions ce genre de débilités chaque semaines et, à chaque fois, je me promettais d’arrêter. Je ne voulais plus être comme tous ces gens, à rire et à se cacher les vraies valeurs importantes. Je voulais juste sortir du lot. Mon envie de ne plus ressembler à tout le monde n’était pas vieux, bien au contraire. Il n’existait que depuis que j’avais découverts mon don .. Si on pouvait appeler cela un don .. Faire du mal aux gens .. Ce n’était pas ce que je voulais, mais j’y était .. Comme forcée depuis que j’avais appris à le faire. Il m’arrivait, assez souvent, de troubler ma mère, lorsque j’allais lui rendre visite à l’hôpital, ou mes amies, en cours. J’avais l’impression d’être un danger publique, un monstre, et voulais absolument arrêter ça. Je pris la décision, tout en vagabondant maladroitement dans les rues de la ville de tout faire pour ne plus être la personne que j’étais. Bien sur, je savais qu’il me serai difficile d’arrêter d’aller au Lycée, ou de travailler à la librairie, mais j’étais décidé de faire de mon pouvoir quelque chose de bien. J’allais entrer dans la police criminelle, ou quelque chose dans le genre, et faire souffrir les malfrats le plus possible jusqu’à ce qu’ils dévoilent toutes les vérités. Cela dit, il e fallait avant tout apprendre à contrôler ce pouvoir qui était mien. Changeant de direction, je tournais à droite, afin de me rendre dans la forêt. Là-bas, je trouverai un animal sur lequel m’entraîner, bien que cela m’enchantait guère. J’avais beaucoup d’imagination pour mon âge, et on me reprochait souvent de m’égarer dans mes pensées en classe, mais je n’arrivais pas à dessiner la vision de faire du mal à un pauvre animal sans défense. Je m’y restreins tout de même et entrai inconsciemment sous les bois sombres.
    Les lumières des réverbères n’étaient pas assez puissants pour éclairer la forêt après 10 mètres, et je me cramponnais à chaque arbre qui passait par là afin d’éviter de tomber.


Dernière édition par Omega S. Carter le Sam 9 Mai - 23:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega S. Carter
Your blood in my veinsavatar

Messages : 139
Date d'inscription : 08/05/2009
Age : 25

MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.   Sam 9 Mai - 19:21

« Dernière frayeur. »
[

    La brise presque matinale me frôlait les joues et relevait légèrement mes cheveux. Mon taux d’alcoolémie commençait à baisser et j’arrivai peu à peu à mieux me concentrer sur les choses qui m’entouraient. Ma marche me parut interminable, et, lorsque je m’arrêta enfin, j’étais toute essoufflée. Je m’assis sur le sol, bien qu’il fut glacé, et repris peu à peu mon souffle.
    L'odeur des feuillages me chatouillait les narines et mon ventre commençait à gargouillr sérieusement, mais je décidai d'ignorer ses signes de besoins insignifiants. Cela faisait environs dix minutes que je ne bougeais plus, assise en boule sur une racine, qui n'était pas très confortable, lorsqu'un bruit de petites pattes arrivèrent à mes oreilles d'humaine. Il s'agissait d'un petit lapin, qui venait gambader près de moi. L'animal parraissait clair et son pompon vint me carresser les jambes gentiment. Un sentiment de culpabilité m'envahit, mais je m'efforçai à ne pas bouger, histoire d'éviter de lui faire peur. Il apprit rapidement à prendre confience et, tout aussi rapidement, je l'attrapai pour l'enmener dans un entrepôt, près de là. Je courais aussi vite qu'il m'étais possible de courir, essayant de ne pas tomber et de ne pas lacher le pauvre petit lapin, terrifié. Le vent, qui paraissait plus violent avec la vitesse, me fouettait à présent le visage, et mes yeux me piquaient, voulant s'exprimer en pleurant, mais étant empêcher par ma rage. Depuis le début de ma course, j'avais l'impression d'être suivie, observée, et cette sensation me dérangeait vraiment.

    -Il y a quelqu'un ?

    Demandai-je futilement. Même si une personne me suivait, comme je l'imaginais, cela aurait été idiot de se montrer. Je continuai à avancer jusqu'à ce que j'arrive à l'endroit souhaité. L'ancian entrepôt de la ville. Il était fermé depuis des années, et je ne l'avais surement jamais connu ouvert, mais j'y venais souvent, quand j'avais besoin d'être seule. J'aimais l'echo que procuraient mes pas contre le sol et étais même capable d'en créer de la musique dans ma tête, bien que je n'étais pas musicienne pour un sous. Après avoir fermé la porte de fer par laquelle j'étais entrée, je déposai délicatement le lapin sur la terre ferme, m'en voulant de plus en plus de ce que je m'apprétais à lui faire subir. Par chance, la salle dans laquelle nous étions, moi et Lapin (je n'avais pas résister à lui donner un petit nom) n'était pas plongée dans le noir complet, comme je l'avais craint quelques minutes auparavant. En effet, la lueur qu'apportait la Lune par une fenêtre qui n'avait plus de vitre sufisait à éclairer l'immense pièce vide. Lapin ne savait où se cacher, le pauvre. Il courait du mieux qu'il pouvait en rond, ne sachant pas à quel point c'était stupide. Je me concentrais quelques secondes sur lui, il s'immobilisa d'abord, puis se mis à gémir. C'était certainement aussi difficile pour moi de lui faire mal que pour lui de souffrir, et les larmes coulèrent sur mes joues au fur et à mesures qui couïnait. J'essayais de prendre mon mal en patience et de fixer mon objectif. Après tout, si je martyrisais cette pauvre bête, c'était pour apprendre à ne pas torturer d'autres personnes, des gens que j'aimais, ou des inconnus. Je gardais en tête pourquoi j'affligeais ce supplice à celapin et repris de plus belle mes exercices. Tentant de faire quelque chose de plus agréable que la souffrance, je ne fis qu'empirer la punition, et je n'en pouvais plus. Pourquoi avais-je reçu un pouvoir aussi atroce ? Etait-ce humain d'être aussi monstrueux ? Je ne comprenais toujours pas ce qu'il m'arrivais .. Désespérée, j'arrêtai cette persécution et m'asseya sur une cage en bois. Je ne frissonnais plus, mais au contraire transpirais du mieux que je pouvais. J'avais l'impression de rêver, ou plutôt de cauchemarder, et j'eus voulu retourner en arrière, lorsque je n'avais pas encore consience de ce fichu don.

    Alors que je me maudissais, j'entendis un léger bruit de pas, derrière la caisse sur laquelle j'étais installée, et je me retournai pour voir de quoi il s'agissait. Je ne vis tout d'abord qu'une ombre, de l'autre côté de la pièce. Puis, au fur e à mesure que mes yeux s'habituaient à l'obscurité qui s'y trouvait, je découvrit la silhouette d'un homme se dessiner. C'était un homme grand, et mince. Il avait les cheveux mi-longs, dont la coupe devait provenir des années 30 et un mystérieux visage d'ange. J'essayai, tant bien que mal, de percevoir autre chose de l'inconnu, mais ne le pu qu'après son approche. Ce fut à ce moment là que je compris que ce n'était pas la première fois que je le voyais. L'autre soir, alors que je me promenais dans les rues de Napalee, nous nous étions croisé et je m'étais demandée pourquoi il me regardait aussi froidement. Soudain, une bouffée d'angoisse m'envahit. Que me voulait-il ? Pourquoi restait-il figé là, à me contempler comme si j'étais une oeuvre d'art ? Qu'attendait-il pour me violer puis me découper en morceaux ?
    Fermant les yeux, j'attendis le moment propice mais rien ne se passa. Lorsque j'ouvris de nouveau les paupières, l'homme était à mes côtés. Je ne l'avait pas senti arrivé et fus extrêmement surprise. Lorsque je sursauta, je vis un rictus se dessiner au creux de ses lèvres, donc je remarquai la perfection. A vrai dire, tout chez lui était parfait.

    Il avait la peau aussi pâle que la neige d'Alaska, alors que le soleil tape froidement dessus en pleine journée. Les yeux noirs et étrangement rougeâtres qui m'auraient brulés s'ils auraient pu. Je voyais dans son regard un désir encore jamais rencontré. J'avais déjà vu des mecs bourrés voulant me sauter, mais jamais avec un regard comme celui-ci, je devinais donc qu'il n'était pas là pour me violer. Me demandant de nouveau qu'elle était le but de sa visite, un sourire à tomber par terre, puis fondre littéralement se dévoila sur ses lèvres toutes aussi exquises. J'eus une soudaine envie de lui donner tout ce qu'il voulait, pour peux que je sache qui il était. Je ne savais pas ce qu'il attendait de moi, mais je lui aurai offert avec grand plaisir.. Une fascination naissante me brulait l'estomac, la faim y était peut être pour quelque chose, mais je ne pouvais enlever mon regard de cet inconnu ..



Dernière édition par Omega S. Carter le Lun 11 Mai - 20:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega S. Carter
Your blood in my veinsavatar

Messages : 139
Date d'inscription : 08/05/2009
Age : 25

MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.   Dim 10 Mai - 1:19



    Omega S. Carter
    ______
    C'est MOI la vedette ici






      Amis du jour : Bonjour.
      Amis du soir : Bonsoir.
      Amis du sexe : Durex.
      Ô, toi lecteur de la vie de Omega,
      Ô, toi créateur d'histoire à tout va !
      Maintenant tu sauras,
      Quand tu me verras
      Qui va la !

      Hum, hum, j'pense que ça va là le massacre hein ! Donc, comme personne ne le sait, je m'appelle Manon [sans commentaire sur la laideur de mon nom, je sais, c'est pas moi qui ai choisis], j'ai 16 ans [j'aurai pu dire toute mes dents, mais ça serai mentir, mes dents de sagesses n'ont pas encore poussées] et je suis admin de BLOODY HELL, pour mon plus grand plaisir. [le votre en fait]
      Je ne suis pas toujours comme ça, à avoir réponse à tout, au contraire, j'ai vraiment un problème de confiance en moi [comme mon personnage, c'était plus facile pour moi de jouer le jeu de quelqu'un qui me ressemble, je suis plus à l'aise]. J'ai toujours besoin de l'avis des gens pour savoir si ce que je fais est correct, sinon je pense tout de suite que c'est bon à recommencer. Sinon, je suis un peu timide, assez gentille mais très très perverse xD [weshwesh, p'tite Dédi à ma sista' de perversation Enea, j'te kiff grave]
      Enfin breef, comme vous avez pu le constater, je tourne souvent autour du pot. [à par dans les rp, au contraire, je vais trop droit au but, sans détails et tout ..] Mais je suis une gentille Admin qui ne mord pas souvent et j'aime par dessus tout me sentir utile^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meilleur moment pour vendre un (jeune) joueur
» [Story] Vos citations du moment
» Le Mystérieux Crâne d'Acier sur la lune Dent-d'Or.
» Le coup de lune........
» [NIE] En ce moment sur la Nuvapedia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOODY HELL ▬ where are we now ..  :: 
▬ p r é a m b u l e ▬
 :: 
Présentations
 :: Welcome in your own nightmare
-
Sauter vers: