AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « abigaïl s. channel ••• f i n i s h

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: « abigaïl s. channel ••• f i n i s h   Mer 13 Mai - 19:08

&& ‘In God We Trust’ &&




    « Les défauts de nos morts se fanent, leurs qualités fleurissent, leurs vertus éclatent dans le jardin de notre souvenir ». Peut être connaissez vous cette citation de Jules Renard qui sut transcrire avec justesse le sentiment que l’on éprouve sur la tombe d’un être aimé. Abigaïl. Une bonne petite, qui vit parmi les morts. Comme si le lien qui la séparait de ses proches ne s’était jamais rompu, même dans l’au-delà. Les larmes sont taries depuis longtemps. Il ne reste plus qu’une carcasse vide, qui tente de se hisser, tant bien que mal, sur le podium de l’absolution. Pauvre enfant. Je voudrais lui dire de ne pas s’en faire, que c’est pas sa faute et qu’à douze ans, on est pas responsable d’un amas d’horreur. Je voudrais lui dire que la mort est douce, parce qu’elle nous délivre de la pensée de la mort. Mais je me tais, comme tout un chacun. Trop pleine de pudeur. Je me raisonne, je baisse les yeux. Je me dis qu’en fin de compte, elle n’est pas la première. Des incendies, il y’en a trente à l’an. Je pense que si papa, maman et la petite Mary étaient encore en vie … C’est la faute à pas de chance !

    Mme Peterson. Libraire du village.


    « Abigaïl ? Bien sûr que je la connais. C’est une fille plutôt bizarre si vous voulez mon avis. Introvertie. Toujours le nez dans ses bouquins. Un tempérament fort lunatique, qui ne joue pas toujours en sa faveur. Elle n’a que peu d’amis au lycée. Elle retape sa Terminale il me semble. C’est une fille fantôme. On en dit pas de mal. Pas beaucoup de bien non plus. Elle passe inaperçue, se fond dans la masse à la cafétéria. Quoique plutôt joli brin de fille, elle ne semble guère porter d’intérêt aux garçons du bahut. Peut être qu’elle préfère les filles, allez savoir. Personnellement je ne lui ai jamais vraiment tapé la discut’ mais j’ai entendu dire qu’elle était intelligente, bien que ses théories soient quelque peu fumeuses. Humaniste, poète, marginale … Elle ne se plaint jamais du surplus de travail ou du manque de hot dogs à la cafétéria. Remarquez, lorsqu’on a perdu ses parents et sa petite sœur dans un incendie, ça vous refroidit quant au tralala superflu du quotidien. Désolé mais je ne peux pas vous en dire plus. On traîne pas vraiment ensemble si vous voyez ce que je veux dire. Difficile à cerner ce genre de nana.

    Mike Dawson. Lycéen.


    « La mort est fin et principe de vie. C’est une dimension fort difficile à accepter pour une fillette de douze ans. Je me souviens de son arrivée comme si c’était hier. Elle était hébétée, immobile. La bouche close, elle suppliait du regard. Je n’ai jamais su ce qu’elle tentait de me dire ce soir là. Peut être un « pardon » qui n’avait pas lieu d’être. Tout s’est passé trop vite, comme si le temps reprenait une course folle, suspendue le temps du drame. L’assistance sociale a déposé Abigaïl Samantha Channel à huit heures sonnantes. Je lui ai servi un chocolat chaud. Elle venait d’avoir douze ans et je me souviens m’être dit qu’elle était bien jeune pour se découvrir une maturité précoce. On m’expliqua plus tard qu’un incendie avait été déclenché accidentellement, par la petite. Une histoire de cigarette je crois bien. On fume en cachette. On se responsabilise de la mort de ses proches. Une infime bêtise qui vous ruine une vie, en quelques secondes. Le remord, c’est le coup de pied de l’âme. Bien placé dans le derrière. Là où ça fait mal. Une bonne fille cette Aby. Inaccessible mais disponible. Paradoxal ! Je dois avouer que je suis un peu inquiète pour elle. J'ai bien peur que ces histoires de vampires ne l'atteignent plus qu'il ne faudrait. Une remise en question de l'aspect innéluctable de la mort. Je m'en remet à Dieu!

    Mlle Rose. Directrice de l'orphelinat local.


    Spoiler:
     


Dernière édition par Abigaïl S. Channel le Ven 15 Mai - 14:09, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « abigaïl s. channel ••• f i n i s h   Mer 13 Mai - 19:08

    If we cannot make babies
    Maybe we can make some time

Fuck so pretty, U and me
Erotic City come alive

    We could fuck until the dawn
    Makin' love 'til cherry's gone

Erotic City, can't U see?
Fuck so pretty, U and me


    Un air de Prince dans les baffles. L'autoradio dégurgitait les vieilleries des années 80 tandis que le moteur sommeillait, overdosé d'un trop plein d'essence. La clé sur le contact. Le vieux tacot était arrêté sur un amas de boue, couvert de larges traces de peinture fraîche. J'avais payé Bobby huit dollars pour qu'il traficote ma caisse après les cours. Bien plus qu'elle n'en valait en tout et pour tout. J'attrapai au vol une canette de coke, et entassai mon sac à dos sur la plage arrière. Le crépuscule saluait les vastes plaines d'un coloris jaune pisse; le lapin bondissait à l'orée du bois, narguant le chasseur harnaché de miss carabine et de vodka bon marché. J'avais toute la soirée devant moi.

    Je contemplai mes mains d'un regard hébété. Des mains de gosse, toutes cernées de crasse. Le vernis s'écaillait. Je jetai un coup d'œil dans le rétro. Comme d'habitude, une blondasse décolorée me faisait face. Un visage imparfait, un écart entre les dents. Un cachet d'aspirine qu'on aurait doublé de plâtre humidifié. Authenticité de l'être me direz vous. Permettez moi d'en douter. Des vêtements larges, amples, qui cachaient ses formes naissantes, rupines, aux yeux des malotrus. A ses propres yeux de fillette en détresse. Je crachai mon dégoût par dessus la vitre abaissée. Des effluves de sushis périmés vinrent aussitôt chatouiller mes narines encombrées. Un crissement au loin, puis de nouveau le silence taciturne de la décharge publique. On se ressource comme on peut. Et puis, faut croire que c'est la campagne. Du moins, si l'on fait abstraction des vieilles automobiles cabossées. Elles ont l'éternité pour rouiller tranquilos, alors je pense pas les déranger. Si?

    Je fermai les yeux un instant, les mains fermement appuyées sur le volant. Combien de temps? Telle était la question récurrente. Elle s'insinuait en moi par hasard, avec perfidie, pour s'installer et finalement ne plus me quitter. C'était une rengaine, une vieille compagne d'infortune. Elle était là, pour me rappeler mon devoir de mémoire. Mon devoir de remord. Un vieux dicton me souffla que quiquonque a le temps et attend le temps perd son temps. Je m'égarai. Il fait mauvais de vivre en autharcie, perdue au creux de ses souvenirs. Combien de temps a passé depuis qu'ils sont partis? Combien de temps me faudra t'il pour faire mon deuil? Combien de temps le monde aura t'il cet arrière goût d'amertume? Combien de temps vais je chanceler sur le poids du remord, esseulée?

    Combien de temps … Combien de temps.
    Combien de temps … Combien de temps.
    Tic Tac.


    _ Tu te sens bien?

    Une main, abrupte, qui s'abat sur mon épaule. Je me réveille en sursaut, déboussolée. Combien de temps a passé? On s'en fout. Je file un coup de pied dans la canette vide, qui s'en va valser à travers champ. Je vote pas écolo, non. Un reste de hamburger, acheté en vrac au Tex Mex le plus proche me fait de l'oeil tandis que je considère mon interlocuteur, fauteur de troubles. Je grommelle.

    _ Pas moyen d'être peinard.

    Le type me regarde, cintré d'un costume version Louis XVI. Il n'a pas l'air d'apprécier mon ton mais je m'en contrefiche. Je suis bien trop occupée à le regarder pour oser une réplique à ce sourire sinistre. Je le jauge de la tête aux pieds, sans retenue. C'est qu'il n'a pas le look vintage l'animal. Je suppose qu'il doit avoir mon âge bien que son attitude témoigne d'années d'expérience. Des cernes nacrent ses paupières livides, comme pour témoigner de longues nuits sans sommeil. Des prunelles claires, contraste déconcertant d'une allure méditerranéenne. J'ose un coup d'œil en direction de son corps. Une carrure forte et virile, imposante. Il n'a rien d'un adolescent, si ce n'est cette beauté parfaite, ostentatoire, vieillie. Ses lèvres semblent de marbre, comme un gouffre prêt à vous avaler. A vous révéler mille secrets défendus. Une dentition immaculée, bien que dotée de canines acérées. Comme celles des carnassiers de l'ère primaire. L'homme, si l'on peut dire ainsi, ajuste son bras sur le devant de la portière et je distingue un anneau blanc, bien en place sur le poignet gauche. J'esquisse un mouvement de recul. Les éléments s'assemblent, comme une chaîne qui récupèrent ses maillons, un à un. C'est dans l'ordre des choses. Une logique démentielle qui s'empare de mon être. Je lève le frein à main, prête à démarrer, en trombe, lorsqu'une ombre passagère dans son regard, arrête mon geste. Est ce qu'un vampire peut ressentir de la tristesse? Est ce qu'une telle créature a le DROIT d'être triste?

    Crissement de pneu. Je glisse ma tête dans l'entrebâillement de la vitre.

    _ Quoi?
    _ Bah rien … T'allais partir.


    Son regard est lourd de reproches. Comme si le poids du monde s'affalait soudain sur ses épaules. Remarquez une carrure comme la sienne doit bien supporter tout l'univers. Je rêve. Je connais même pas ce mec et déjà il me fait du gringue pour que je papote avec sa tronche de Frankenstein. He oh, ici planète Terre, je ne fricote pas avec les vampires. D'ailleurs faut rien y voir de personnel, je ne fricote avec personne. Ya pas marqué SOS amitié sur mon front.

    _ C'est que c'est … inhabituel comme rencontre.
    _ Je ne savais pas qu'à seize ans, on tenait déjà à ses habitudes. Faut être en phase avec son siècle mademoiselle Je-joue-les-fillettes-mortes-de-trouille.


    Non mais j'hallucine. C'est lui qui me dit ça. Il doit dater de Jésus Christ ce type, avec ses bottines bien cirées et sa queue de rat en guise de barbiche. Je bouillonne. Je retrouve le contrôle de mes sens. Finalement, vampire ou non, il est aussi débile que tous les mecs de mon bahut réunis. Et ce n'est pas peu dire.

    _ Primo, j'ai dix huit ans et non pas seize. Secundo, je n'ai rien à faire avec un pseudo dandy de l'avant guère. Désolée mais la date de péremption est dépassée.

    Contre toute attente, cet ahuri éclate littéralement de rire. Déstabilisant comme attitude. Je me sens bête tout à coup, transpirante dans mon baggy troué. Comme si quelque chose d'essentiel m'échappait. Je marmonne quelques injures, salaces, avant de réajuster mon corset. Si je continue à papoter avec les morts vivants, je vais arriver en retard chez ma psy. Je vois l'excuse d'ici. Bonne à enfermer. Ce genre de racaille dans le coin, on apprécie guère. Sûr que notre maire bien aimé ne gagnera pas la prochaine campagne, avec ses belles idées de fraternité. On comptabilise déjà plus de cent trente déménagements depuis l'arrivée de ces vauriens à Napanee.

    _ Écoute heu … Je sais que c'est pas facile à accepter pour vous mais nous sommes là maintenant, et nous venons en amis. Il va falloir faire avec. Tu n'imagines même pas ce que cela représente pour notre espèce. Les humains reconnaissent enfin notre existence. Imagines toi un peu; j'étais tellement euphorique que j'ai passé mon après midi à saluer les villageois. C'est paradisiaque.

    OK, cette fois c'est sûr, je suis tombée sur un taré. D'ailleurs qui d'autre voudrait m'adresser la parole? Il est frais de l'asile celui ci mais qu'importe : j'ai du boulot et je ne vais pas passer la nuit à cancaner sur son pèlerinage intérieur et la reconnaissance profonde des cadavres. J'ai plus urgent pour l'instant. Et surtout, moins morbide.

    _ Écoute toi, le vampire ou je ne sais quoi. C'est bien joli tout ça mais vois tu j'ai des obligations moi. Alors retourne faire tes trucs de vampires dans ton coin et bon vent.


    Je démarre le moteur une troisième fois en moins de cinq minute, et amorce un démarrage en marche arrière. Ma ceinture de sécurité se vrille mais je n'y prête guère d'attention. Je remonte ma vitre, avant d'allumer une de ces maudites cigarettes. Ces donneuses de mort à petit prix. Quoique les taxes ont augmentées cette année. Je l'entends crier au détour d'un buisson.

    _ J'EXISTE!

    J'expire un nuage de fumée grise et monte le volume de l'autoradio. Cynique, je réplique dans un murmure.

    _ Hourra.



Dernière édition par Abigaïl S. Channel le Ven 15 Mai - 13:23, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Inaya P. Thompson

avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 09/05/2009
Age : 24

MORE THAN YOUR BLOOD
YES, I HAVE FRIENDS:

MessageSujet: Re: « abigaïl s. channel ••• f i n i s h   Mer 13 Mai - 19:33

      Bienvenue parmis nous
      Bonne chance pour ton RP (=
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « abigaïl s. channel ••• f i n i s h   Mer 13 Mai - 19:54

Bienvenue ma poulette !!
Quel vava magnifique !! <3
Revenir en haut Aller en bas
Summer P. Jackson
    & kiss me, darling ! »

avatar

Messages : 211
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 25

MORE THAN YOUR BLOOD
YES, I HAVE FRIENDS:

MessageSujet: Re: « abigaïl s. channel ••• f i n i s h   Mer 13 Mai - 19:56

    Welcome here ! (:
    Wow, j'adore ton début de présentation, hâte de voir la suite.. (L)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xx--s0mewhere.skyrock.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « abigaïl s. channel ••• f i n i s h   Mer 13 Mai - 20:11

    Merci beaucoup pour cet accueil chaleureux.
Revenir en haut Aller en bas
MARICHA

avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 10/05/2009
Age : 24

MORE THAN YOUR BLOOD
YES, I HAVE FRIENDS:

MessageSujet: Re: « abigaïl s. channel ••• f i n i s h   Mer 13 Mai - 20:40

    Salut ! J'aime bien ta présentation. C'est original Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « abigaïl s. channel ••• f i n i s h   Mer 13 Mai - 20:41

    Nouveau mikiiii. Le concept est pompé sur le contexte du fow' et je m'en excuse mais j'ai trop surkiffé cette manière via interview lol.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « abigaïl s. channel ••• f i n i s h   Ven 15 Mai - 13:28

    Sorry for the double post ... Il me semble avoir fini. Merci de votre acceuil chaleureux. Je me tiens à votre dsposition pour tout éclaircissement ou modification.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « abigaïl s. channel ••• f i n i s h   Ven 15 Mai - 14:00

J'ai a-do-ré ta présentation ! Surtout le moment avec le vampire, hilarant, le pauvre !
Je te demanderai juste le code de la présentation avant de te valider !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « abigaïl s. channel ••• f i n i s h   Ven 15 Mai - 14:11

    Mikiii ... J'ai ajouté le code de présentation sous le spoiler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « abigaïl s. channel ••• f i n i s h   Ven 15 Mai - 14:16

Bon eh bien je te valide Very Happy
Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « abigaïl s. channel ••• f i n i s h   

Revenir en haut Aller en bas
 
« abigaïl s. channel ••• f i n i s h
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1066 sur channel 4
» Blind Test Disney
» [ChannelFireball] LSV : Zendikar Set Review
» Channel de discussion IRC pour le dojo ?
» National Geographic Channel (chaîne 57)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOODY HELL ▬ where are we now ..  :: 
▬ p r é a m b u l e ▬
 :: 
Présentations
 :: Welcome in your own nightmare
-
Sauter vers: