AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 High School never Ends. || PV Enea d'amour.

Aller en bas 
AuteurMessage
Aiden V. Carter
    COUPIIIIIINE de l'admin .. avec connexion alors taggle (l)

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 26

MORE THAN YOUR BLOOD
YES, I HAVE FRIENDS:

MessageSujet: High School never Ends. || PV Enea d'amour.   Mar 26 Mai - 22:15

    « Hey mec, tu fais quoi ?
    - Ben, j’me barre.
    - T’es pas censé être collé ?
    - Si, mais qu’est ce que j’en ai a foutre ? »

    Et il quitta le lycée. Autant dire la vérité : Aiden et les cours, c’était déjà pas vraiment ca, alors si en plus on parlait d’heures de colle… N’empêche, pour une fois qu’il n’avait rien fait, un pauvre retard de rien du tout et hop, collé. Un… ? Non en fait, il en était facilement a son dixième de la journée, mais bon, il n’avait jamais été très ponctuel. Enfin, il ne l’avait plus été depuis très longtemps. Mais Wings on Fire n’attendait pas, les profs, si. Aiden connaissait bien le truc, il allait sécher la colle, il serait encore collé, et ainsi de suite jusqu'à ce qu’on le renvoie un jour ou trois et voilà. Bon, bien sur, on le ferait chier une fois a la maison, mais il irait squatter chez June et on parlerait plus. Pouah, mais en fait, il faisait vraiment ce qu’il voulait le bougre !

    N’empêche, il ne savait pas quoi faire, Emy était sûrement en train de pioncer, Vince en train de bosser, et June, mieux valait ne pas y réfléchir. Il était 9h et demie, et il ne savait absolument pas quoi faire. Il traîna en ville pendant un temps, passa voir sa sœur et sa mère, il mangea un petit bout dans un coin qu’il aimait bien et partit direction la librairie. Elle se trouvait dans le centre commercial. Enfin, si centre commercial était le terme approprié, ce dont Aiden doutait fortement, surtout une fois dans le magasin. Et c’est là qu’il tomba nez a nez avec m. Jones, alias le prof de bio, alias le monsieur qui l’avait fort aimablement collé.


    « Qu’est ce que vous fichez là ?
    - Moi ? Rien du tout. Sourire innocent. Bon, a mardi m’sieur.
    - Attendez, monsieur Carter, vous n’êtes pas censé être en colle ?
    - Non, vous devez vous tromper de jour.
    - T’es sur de ca ? Je vérifierai.
    - Oui je suis sur, bon, a plus m’sieur. »

    Et Hop ! Disparition d’Aiden. Non mais vraiment, ils avaient pas autre chose a faire, les profs, que de venir faire un tour au centre commercial ? Surtout que lui, il était censé se faire chier en colle alors que ce prof pourri se ballade tranquillement et fait les magasins. Il regretta encore moins d’avoir séché son heure de colle et entra dans la librairie. Il salua le libraire et fit un tour du côté des nouveautés. Comme d’habitude, après une bonne heure a scruter les rayons, il se dirigea vers la caisse et boom. Tout les livres s’échappèrent de ses bras, les fourbes ! En plus, ils allèrent s’écraser sur la tête d’une pauvre fille qui n’avait rien demandé a personne.


    « Han ! Je suis désolé, putain ce que je suis maladroit ! »

    Il se dépêcha de se baisser pour ramasser ses livres, surtout en voyant qu'elle les lui ramassait, et brusquement, sans y faire attention, il se cogna la tête contre quelque chose… Enfin, je veux dire, quelqu’un, il venait de se cogner contre la jeune fille. Il se frotta la tête, les sourcils fronçés et une expression affichant a la fois honte et agaçement. Il se sentait absolument stupide, en plus, il se demandait s'il lui avait fait mal. Il aurait mieux fait pour elle d'aller en colle, en fait.


    « Putain mais c’est pas vrai ! Excuse moi ! ... Oh ! Enea ? ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: High School never Ends. || PV Enea d'amour.   Ven 29 Mai - 19:46

    Quel jour était-on ? Peu importe. Tous les jours étaient pareils, à la différence peut-être que, le week end était encore plus propice à l'ennui que les autres. Je haïssais profondément le week-end. Peut-être parce que je n'étais pas une de ces filles qui avaient des amis, qui était invitée à des fêtes ou tout simplement une fille normale. Que je ne pouvais pas sortir de chez moi sans avoir un mal de crâne, et que je ne pouvais voir des gens sans être agacée. Parce qu'il y avait peu de choses que j'aimais, aussi. Je pouvais aller jouer la suicidaire et aller me fourrer dans des endroits où proliféraient des vampires, mais vraiment, ce serait assez idiot. J'étais l'exemple même de la fille sage et coincée qui ne faisait rien pour s'attirer des ennuis, sauf lorsque Cassandra me trainait dedans bien entendu. Je n'étais pas très rebelle, ce qui m'empêchait vraiment de me faire entendre lorsqu'il s'agissait de contredire quelqu'un. Certains mettraient ça sur le compte de la gentillesse, moi sur la lâcheté. De toute façon, eux n'étaient pas capables de s'infiltrer dans ma tête pour savoir jusqu'à mes secrets les plus croustillants .. Même s'ils n'en trouveraient guère. J'étais sans histoire, sans caractère, complètement inintéressante. L'adolescente la plus ennuyante de tous les États Unis, surement. Je n'en étais pas particulièrement malheureuse, mais je n'en étais pas heureuse non plus. J'étais neutre. Neutre, comme toujours. Contrainte à ne pas fermer l'œil de la nuit, j'avais passé mon temps à faire tous les devoirs qui étaient prévus pour pas moins d'une semaine, ne me laissant absolument aucune occupation pour le week-end. Parce que travailler beaucoup, d'accord, travailler inutilement, non merci. Un, deux, un, deux, le clic clac de mon horloge me faisait tressaillir à chaque instant. Le bruit devenait insupportable. Trop de bruit me rendait folle. J'entendais quelques mots de la pièce d'à côté, vampire .. peur .. insensé .. plein d'autres dans ce genre, qui venaient directement de l'esprit de ma mère. Je la soupçonnais d'être un tantinet obsédée, tant ses pensées étaient dirigées sur ces êtres. Je prenais bien soin à ne jamais amener le sujet sur le tapis, enfin, les rares fois où je lui parlais, mais elle avait le chic pour toujours détourner la conversation en son intérêt.

      « Enea ? »

    Je relevais la tête en sursautant, pour voir la figure de ma mère par la porte entrebâillée.
      « Oui ? »
      « Sors de la maison. »
      « Quoi ? .. Pourquoi ? »
      « On dirait que tu as peur du soleil. Tu ne voudrais pas qu'on te confonde avec ces viles créatures, si ? »
      « Tu racontes n'importe quoi, juste .. »
      « Attrapes une veste. Va te promener, acheter un livre, n'importe quoi ! Et dors un peu, tu ressembles vraiment à quelqu'un qui n'a pas dormi depuis un demi siècle. »


    Bien qu'elle pensait absolument ce qu'elle disait, une petite voix m'indiquait aussi qu'elle souhaitait rencontrer un homme qu'elle avait rencontré il y a peu de temps. Je ne comprenais même pas pourquoi elle me cachait de telles choses, après tout, ce n'était pas comme si j'étais particulièrement contre le fait qu'elle voie des gens. Et puis, en les voyant, je pourrais juger de leur santé mentale et de leur degré de perversité. Aussi prudente qu'elle soit, ma mère n'avait jamais été très bonne pour choisir ses petits amis, et nous nous retrouvions toujours avec des spécimens plus bizarres les uns que les autres. Sans plus discuter, je me relevais, passais un coupe vent et enfilait mon sac à dos. En deux temps trois mouvements, ma chère génitrice m'avait déjà mise à la porte, et j'étais obligée de me rendre à pied jusqu'au « centre commercial », pour aller m'acheter quelque livre. Ils n'avaient pas beaucoup de choix, après tout, nous habitions dans ce que l'on appelait une petite, petite ville. C'était tout de même mieux que rien. Il ne me fallut que très peu de temps pour faire un choix -bon je devais l'avouer, j'avais pris au hasard pour rentrer le plus vite possible-, et alors que je me dirigeais vers la caisse, je fonçais dans ce qui semblait apparemment être une personne. Humaine, je l'espérais. Comme je n'avais déjà pas la capacité de rester sur mes deux pieds quand il n'y avait rien dans mon chemin, j'atterrissais les deux fesses par terre avant qu'une tonne de bouquins ne me tapent le crâne. Rien de tel pour remettre les idées en place. Comme le jeune homme, d'après ses pensées, ne semblait pas avoir fait exprès, je commençais à ramasser les livres en restant muette. « Han ! Je suis désolé, putain ce que je suis maladroit ! » Et boum, encore un choc contre le crâne. Si ça se faisait, je saignais à l'intérieur du crâne et j'allais mourir dans la prochaine heure. Personne ne saurait. Je ne m'exclamais pas, mais passais une main légèrement sur ma tête bien que celle-ci me fasse souffrir, parce qu'entendre le garçon s'inquiéter intérieurement faisait déjà bien assez mal. « Putain mais c’est pas vrai ! Excuse moi ! ... Oh ! Enea ? ! » « C'est pas grave, vraiment .. Ne t'inquiètes pas .. Bizarrement, j'ai l'habitude. Ma tête est solide. » Je l'avais déjà reconnu au timbre de ses pensées, c'était Aiden, et l'entendre se questionner sur mon mal me fit reprendre la parole. « Je n'ai rien de cassé. Ou en tout cas, rien qui ne puisse se voir. Tu n'as pas fait exprès, de toute façon. » Je ramassais un dernier livre avant de me relever, avec un équilibre bien précaire. « Tu prévois de t'enfermer chez toi et de lire toute la journée pendant .. très longtemps ? »
Revenir en haut Aller en bas
Aiden V. Carter
    COUPIIIIIINE de l'admin .. avec connexion alors taggle (l)

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 26

MORE THAN YOUR BLOOD
YES, I HAVE FRIENDS:

MessageSujet: Re: High School never Ends. || PV Enea d'amour.   Ven 29 Mai - 23:57

    Etait-ce possible, en plus d’avoir une poisse pas possible, d’être un incorrigible maladroit qui faisait tout le temps des gaffes ? La réponse était oui, Aiden en était la douloureuse – pour Enea – preuve vivante. C’en serait même presque comique. Sauf, bien sûr, pour Aiden. Bref, s’il avait su que ses inquiétudes faisaient encore plus mal a Enea que le, non les, coups sur la tête, il aurait tout fait pour ne pas les exprimer et faire taire son esprit, mais vu qu’il n’en savait rien… Il ne se doutait de rien d’ailleurs, comme tout le monde. En tout les cas s’il avait su, ca n’aurait rien changé pour lui. Quoi qu’il aurait gardé – ou tenter de garder – secrètes certaines pensées sur un certain blondinet. Soit.


    « C'est pas grave, vraiment .. Ne t'inquiètes pas .. Bizarrement, j'ai l'habitude. Ma tête est solide. »

    Aiden lui lança un sourire désolé. Il aimait beaucoup Enea, et le fait que ce soit sur elle qu’il avait fait tomber ses bouquins l’agaçait, surtout envers lui-même. La pauvre. Il se demanda pourquoi elle disait qu’elle avait l’habitude et imagina toute sortes de scénarios a la con.


    « Je n'ai rien de cassé. Ou en tout cas, rien qui ne puisse se voir. Tu n'as pas fait exprès, de toute façon. »
    « Evidemment que j’ai pas fait exprès. Il lui sourit. Si quelqu’un fait exprès par contre, tu me le dis, il va voir ! »

    Bien sûr il plaisantait, enfin, a moitié seulement. Aiden n’était pas une armoire à glace et il le savait, mais s’il avait une bonne raison, il était tout aussi capable de se battre que n’importe quel abruti. Fallait pas être boxeur professionnel pour coller des coups en plein dans le pif… En plus, il savait que beaucoup de gens trouvait Enea bizarre, voire même flippante. Lui, il la trouvait mignonne et attachante. Elle ne lui inspirait ni répulsion ni crainte, mais bien au contraire, elle lui inspirait une sorte d’élan protecteur. Bizarrement, et il ne savait pas pourquoi, il aurait bien imaginer sa petite sœur devenir comme Enea, même si Enea ne ressemblait pas Aiden et, en plus, avait le même âge que lui.


    « T’es sûre que ca va … ? Laisse moi voir. »

    Il repoussa doucement les cheveux de la jeune fille en arrière d’une main, gardant la-dite main sur son crâne pour ne pas que les cheveux retombent, et passa l’autre sur son front, doucement. Non seulement il senti une bosse, mais en plus elle fit une grimace – très mignonne malgré tout – de douleur. Il grimaça aussi, n’osant imaginer l’était de sa tête là où les livres étaient tombés. Il relâcha les cheveux, non sans constater qu’ils étaient tout doux, et lui fit un petit sourire désolé. Elle ramassa le dernier livre et se releva, il avait fait en sorte de se relever avant elle et de lui proposer sa main, mais visiblement, elle ne l’avait soit pas vu, soit pas voulu la prendre.


    « Tu as la tête qui tourne ? Tu devrais peut-être t’asseoir, non ? »

    Sans doute était-il légèrement trop Aiden-poule , mais il se sentait coupable et il n’y pouvait rien.

    « Tu prévois de t'enfermer chez toi et de lire toute la journée pendant .. très longtemps ? »

    Aiden se mit a rire doucement, pas un fou rire non plus, juste un petit ‘ haha’ discret. Il prit ses livres et celui d’Enea, qu'elle soit d'accord ou non.

    « Non, je préférerai me faire arracher les ongles des pieds plutôt que de rester chez moi. Et même si je voulais m’enfermer chez moi, y aurai au moins 3 personnes pour me forcer a sortir. »

    A savoir Emy, June et Vince. Mais surtout June, quand même. Et bien sur, son père et sa belle-mère étaient les responsables du fait qu’il déserte sa propre maison. Quand on vit dans une maison à ambiance de merde de ce genre, on a pas envie d’y rester. Aiden se prenait tout le temps la tête avec son père et ne supportait pas sa belle-mère, alors il ne rentrait chez lui que pour se prendre des fringues propres et, la plupart du temps, allait squatter chez June. Bref.


    « J’ai toujours du mal a choisir les livres. Alors je les prend tous. Ca me coûte les yeux de la tête mais bon.. Il sourit et haussa les épaule. Puis il se grata l’arrière de la tête, avec un air un peu gêné. [color=beigeT’as quelque chose a faire après ? Ca te dit qu’on passe à la caisse et qu’on aille boire un truc ? [/color]»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: High School never Ends. || PV Enea d'amour.   Sam 30 Mai - 13:08

    « Evidemment que j’ai pas fait exprès. Il lui sourit. Si quelqu’un fait exprès par contre, tu me le dis, il va voir ! » C'était bien dans ces moments là qu'il m'aurait été assez pratique de pouvoir sourire, étant donné que j'avais surement l'air extrêmement froide alors qu'il faisait des efforts. Il ne semblait pas vraiment y prêter attention .. Et de toute façon Aiden était un peu bizarre à sa manière. Il ne pensait pas comme la majorité des adolescents de 17 ans, il fallait le dire. Les fois où j'avais pu m'infiltrer (sans aucune intention bien sûr) dans son esprit, je n'y avais trouvé rien d'autre que des pensées à propos de son groupe, de ses amis .. Ce qui en fait résumait un peu tout. Il n'avait pas ces pensées perverses d'adolescent en chaleur qui me traumatisaient. Je le voyais résolument comme un petit enfant, alors que j'avais l'impression qu'il me voyait moi même comme plus jeune que lui. Quoi qu'il en soit, même si je savais ce qu'il pensait, ce n'était pas la même chose de son côté, et penser que nos avis différaient ne m'amenait guère à grand chose. Si comme il l'avait dit, quelqu'un faisait exprès de me bousculer, il était évident que je ne lui dirais pas. Et que je ne le dirais à personne. Et que je ne me plaindrais pas. Car .. ça ne servirait à rien. Ce n'était pas de mon genre d'avoir des disputes parce que dans ce genre de choses, la situation est plus mal à la fin de la discussion qu'au début, et qu'il n'est pas forcément nécessaire d'aggraver les choses intentionnellement. « Oui .. bien sûr. » Je devais avoir l'air peu convaincante -dieu s'était épargné la peine de me doter du don d'être une bonne menteuse-, mais je ne voyais pas vraiment ce qu'il allait redire. Jouer la jeune fille en détresse était tout simplement pathétique, et je n'allais pas jouer à être cela. Bien que malgré moi, ce genre de situation arrive bien plus souvent qu'il ne le fallait. Je n'allais pas dire que je trouvais ça dérangeant qu'il se trouvait protecteur envers ma personne, car cela serait totalement ingrat, mais ce n'était pas pour me plaire non plus. Disons que j'étais neutre, comme toujours. « T’es sûre que ca va … ? Laisse-moi moi voir. » Avant même que je ne puisse dire non, il avait déjà ses deux mains collées sur ma tête. Ce que je trouvais extrêmement déplacé. Je ne vous avais pas dit que je détestais qu'on me touche ? Ça y était, c'était dit. Je savais bien que ses intentions n'étaient aucunement mauvaises, mais cela n'en rendait pas le contact plus agréable. Je fis une grimace, plus par envie qu'il dégage vite ses mains de mon crâne plus que parce que j'avais mal. Comme ses pensées me l'indiquèrent, il cru que c'était uniquement à cause de la douleur, mais arrêta bientôt le contact ce qui m'arracha un soupir. « Tu n'avais pas besoin de faire ça. » Traduction : Tu ne devais absolument pas faire ça. Mais comme je n'arrivais jamais à me faire comprendre clairement, je doutais qu'il ne prenne la remarque comme désobligeante.

    « Tu as la tête qui tourne ? Tu devrais peut-être t’asseoir, non ? » Je baissais les yeux. Je n'allais pas dire que j'aurais été totalement heureuse qu'il ne se soucie absolument pas de m'avoir fait mal, mais je trouvais qu'il y prêtait beaucoup trop d'attention. Si je disais que je me sentais vraiment mal, ce qui aurait été la vérité, cela ne ferait qu'accroitre sa culpabilité. Comme toute personne normale, j'étais obligée de me confondre en « non non » juste pour lui faire plaisir. Même si ses pensées m'indiquaient que son attitude n'était pas hypocrite, elle ne me rendait pas confortable pour autant. « Je vais très bien. Et je crois que je peux tenir sur mes deux jambes aussi mal que d'habitude » Référence à ma maladresse affligeante. Je ne savais pas s'il allait comprendre la référence -je ne savais même pas s'il savait que j'étais maladroite-, mais cela ne m'importait pas vraiment. « Non, je préférerai me faire arracher les ongles des pieds plutôt que de rester chez moi. Et même si je voulais m’enfermer chez moi, y aurai au moins 3 personnes pour me forcer a sortir. » Je m'éclaircissais la gorge, gênée de ne pas pouvoir exprimer un enthousiasme semblable au sien. Si trois personnes me forçaient à sortir, je me serais suicidée depuis longtemps. A moins que ces trois personnes soient des vampires aux pensées inaudibles qui comme par hasard ne voudraient rien avoir à faire avec mon sang. Situation impossible, apparemment. « J’ai toujours du mal a choisir les livres. Alors je les prend tous. Ça me coûte les yeux de la tête mais bon.. » Je n'avais rien à dire à cela. D'ailleurs, c'était à ce moment là que j'avais remarqué qu'il m'avait pris depuis je ne sais combien de temps -surement pas beaucoup- mon livre de mes mains. En quel honneur ? Je ne savais pas comment aborder la chose. Je la laisserais macérer jusqu'à ce que l'idée qu'il avait derrière la tête apparaisse comme par magie dans ses pensées, mais si il pensait ne serait-ce qu'une seconde à me payer mon ouvrage, je me taperais la tête contre le mur. Cela ressemblerait à une vaine tentative de se racheter pour m'avoir occasionné une commotion cérébrale, ce dont je n'avais absolument pas besoin. Je ne lui en voulais pas, point. Et si il faisait ça pour la raison que j'étais une fille, que j'étais petite, que je ne travaillais forcément pas (bon sur ce point il avait raison, et alors ?) et qu'il fallait que le grand garçon arrive pour me secourir, non merci. « T’as quelque chose a faire après ? Ca te dit qu’on passe à la caisse et qu’on aille boire un truc ? » Quelque chose de prévu ? Oui. Avec lui ? Non. Mais je n'étais pas si malpolie. Je voulais absolument rentrer chez moi pour voir le petit ami de ma mère, mais après tout .. La compagnie d'Aiden m'était tout sauf non plaisante. Après tout, les garçons à peu près normaux (ou plutôt bizarres 'ailleurs) se faisaient rares, il fallait peut-être que je commence à fréquenter des gens. J'avais une vie relativement ennuyante pour une adolescente de 17 ans. « Si tu veux. » Un point de plus pour le zombie.

    S'en suivit un petit silence pas facile à combler. J'étais nulle pour ce genre de choses, il était censé faire la conversation. Trouver un sujet à propos duquel parler était presque impossible, et tout ce qui me venait à l'esprit était bien trop bizarre pour être évoqué. Ses pensées ne m'aidaient guère non plus. Combinées à celles du vendeur qui se tenait pas loin, cela commençait déjà à m'agacer. Il fallait que je trouve un moyen de contrôler ces flots car je ne survivrais jamais une année de plus. « Allons y donc. » Marchons vers la caisse. Je ne le regardais pas tellement, en fait je ne l'avais pas regardé depuis le début de notre conversation. Le regard facilitait l'accessibilité aux pensées -je ne savais pas du tout pourquoi, c'était peut-être un effet de mon imagination-, et je n'en avais pas vraiment besoin pour le moment. Arrivés à la caisse, il déposa la pile de livres qu'il tenait dans les mains sur le comptoir, et je reprenais discrètement (ou en tout cas je l'espérais), le mien pour pouvoir payer après lui. « Au fait, ne fais pas attention si je suis un peu succincte et froide. J'ai mal à la tête. » Inutile, inutile, inutile. Je ne savais même pas pourquoi ces paroles étaient sorties de ma bouche. Trop tard. En tout cas, on pouvait dire que je ne mentais pas sur ce coup là, mais j'espérais qu'il ne prendrait pas ça pour une raison de s'excuser encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Aiden V. Carter
    COUPIIIIIINE de l'admin .. avec connexion alors taggle (l)

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 26

MORE THAN YOUR BLOOD
YES, I HAVE FRIENDS:

MessageSujet: Re: High School never Ends. || PV Enea d'amour.   Dim 31 Mai - 2:19

    Pauvre Aiden. S’il avait su ! Bien sûr, il était gentil sans faire attention, enfin, si, il y faisait attention. Le truc c’est qu’il faisait ca sans arrière pensée. Aiden était sympa de nature, bien que souvent agressif parce que timide. Le fait est que la gentillesse était dans sa nature, et qu’il aurait été vraiment blessée s’il avait su ce qu’Enea pensait. Heureusement que la situation n’était pas inverse, car sinon, et au risque de me répéter : Pauvre Aiden. L’adolescent était impulsif, et souvent il agissait sur des coups de tête. C’est sans doute pour cela qu’il faisait autant de gaffes et était tellement maladroit.

    « Tu n'avais pas besoin de faire ça. » Enea avait raison, Aiden ne s’en offusqua pas. Il lui fit un petit sourire gêné, en se demandant s’il l’avait offensée. Ce qui – sans qu’il le sache – était plus ou moins le cas. Peut-être, qu’en effet, sa réaction était légèrement exagérée, mais ca faisait partie du caractère d’Aiden. Mais il fallait quand même préciser que si Aiden avait fait tomber ses livres sur une personne qu’il déteste, il se serait a peine excuse. Soit. « Je vais très bien. Et je crois que je peux tenir sur mes deux jambes aussi mal que d'habitude » Aiden lui lança un sourire amusé et lâcha un petit « Moi aussi je suis très maladroit, je comprend parfaitement. » et c’était la vraie vérité. Preuve à l’appui.

    « Si tu veux. » Aiden lui sourit encore. Comme on pouvait aisément le deviner, il n’était pas radin sur les sourires. Il ne l’avait jamais été en fait, a croire que c’était un réflexe de sa bouche. Bref, ils se dirigèrent vers la caisse. On aurait dit qu’Aiden avait une dizaine de livres, mais en fait il ne devait pas en avoir plus cinq, mais comme ils étaient volumineux on pouvait penser qu’il en avait beaucoup. « Allons y donc. » Il l’écouta et se dirigea a la caisse. Et oui, il avait songé a payer le livre d’Enea, mais pas parce qu’elle était une fille , il était loin d’être misogyne, ni parce qu’elle était petite puisqu’il avait le même âge qu’elle, et encore moins parce qu’elle ne travaillait pas parce qu’ Aiden non plus. Son seul travail c’était la musique, et autant dire qu’en ayant signé avec personne, on ne touche pas grand chose.

    Il avait bien vu qu’elle avait reprit son ouvrage et il comprenait. En fait, s’il avait voulu le lui payer, c’était juste pour gagner un peu de temps. Après, elle aurait été tout à fait libre de le rembourser. Mais bon, c’était à elle de décider. Après avoir échangé quelques banalité avec le libraire, il paya. Il attendit qu’elle ait fini de payer elle aussi et puis il commença a marcher. Pour dire la vérité, il ne savait pas où aller. Pour dire la vérité, ce n’était pas les cafétérias et autre salon de thé qui manquait dans le centre commercial. Le problème c’est que personne ne voulait y aller.


    « Au fait, ne fais pas attention si je suis un peu succincte et froide. J'ai mal à la tête. » Elle ne voulait pas qu’il s’excuse, mais c’était plus fort que lui.

    « Excuses. Je suis vraiment maladroit, un vrai danger public. Il eut un sourire amusé. Ce qui te donne le droit d’être aussi froide que tu le souhaite avec moi. »

    Bon, peut-être pas trop non plus, quand même. Il rangea son sachet remplit de livres son sac a dos et marcha en direction de l’espèce de cafétéria. Là, il se prit une part de brownie et un coca. Oui, monsieur était un grand gourmand, peut-être pas gourmet, mais gourmand, ca oui. Il regarda Enea, souriant, et lui demanda simplement « tu veux quoi ? ». Oui, il comptait l’inviter. Et il risquait de se vexer si cette fois, elle prenait un verre de quelque chose et qu’elle partait en courant. Enfin, façon de parler, il imaginait bien qu’elle n’allait pas courir dans la cafétériat pour fuir la générosité maladive de Deden.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: High School never Ends. || PV Enea d'amour.   Dim 31 Mai - 22:16

    La logique d'Aiden m'échappait un peu. Payer mon livre pour gagner du temps ? Gagner du temps sur quoi ? Il ne m'avait pas semblé qu'il avait quelque chose après, au contraire de moi, et que c'était pour ça qu'il m'avait demandé de lui tenir compagnie. Il ne fallait pas trop se poser de questions, ce garçon était aussi bizarre que je pouvais l'être. Seulement, il était le bizarre gentil et adorable, tandis que j'étais la bizarre froide et insensible. A chacun son truc. Maintenant que quelques minutes étaient passées, arrivèrent dans ma tête les questions. Mais qu'est-ce que j'allais bien pouvoir lui raconter ? Je savais qu'il aimait la musique. Cela m'avançait, puisque je ne savais ni chanter ni jouer d'un instrument, même pas dans la douche. Et même si j'aimais bien en écouter, ma culture n'était franchement pas grande. C'était juste pour détourner mon esprit lorsqu'il y avait trop de gens, mais le problème était qu'aussi fort la musique était, les pensées étaient toujours encore plus bruyantes. Elles arrivaient directement dans mon cerveau, au contraire de la musique qui passait par les oreilles. D'ailleurs, je me demandais bien comment ça pouvait se transmettre dans l'air, des pensées. Où allait-il m'emmener ? Même lui ne le savait pas. De toute façon, quel que soit l'endroit, je ne voyais pas trop comment cela allait amorcer une conversation. « Excuses. Je suis vraiment maladroit, un vrai danger public. Il eut un sourire amusé. Ce qui te donne le droit d’être aussi froide que tu le souhaite avec moi. » Je le savais ! Il s'excusait encore ! Il n'arrêtait pas. Avec un comportement pareil, je le soupçonnais d'être une bonne poire. Il devait faire absolument tout ce que les autres lui disaient, il était tellement gentil. Et naïf, ça allait de paire. Ce qui était plutôt inquiétant par les temps qui couraient, avec tous ces vampires qui ne se gêneraient pas pour le croquer d'un coup. Je ne crois pas que je serais particulièrement heureuse si d'un jour à l'autre, on m'annonçait qu'il avait été retrouvé sans vie et vidé de son sang au bord de la route. Je ne le considérais même pas comme un ami, mais plutôt comme quelqu'un avec qui j'aurais hypothétiquement pu devenir amie.

    Il se décida pour une espèce de cafétéria. Ça tombait bien, je n'avais absolument pas faim. L'air morne, je le suivais comme un petit chien (je ne pouvais pas faire grand chose d'autre). Et bien sur, venait la fatidique question. « tu veux quoi ? » J'aurais bien aimé lui dire que je voulais rien. Mais là il croirait que je fais ça parce que je ne veux pas qu'il paie ce que je vais manger et va m'embêter avec ça. J'aurais bien aimé lui dire que je voulais quelque chose, et alors il allait s'empresser de faire pareil. Pourquoi il devait me forcer à tant penser pour rien. « Hm juste une .. bouteille d'eau ? » On ne pouvait pas trouver moins cher. Puisqu'il voulait apparemment m'inviter, il allait m'inviter mais sans se ruiner. Je me dirigeai vers une table et m'assit avec un soupir, promenant mon regard aux alentours. Un sujet de conversation, un sujet de conversation .. « Tu as déjà discuté avec un vampire ? » Bingo. En fait, j'avais bien envie de parler d'une chose comme ça avec quelqu'un d'à peu près normal, et Aiden semblait un peu tout désigné. Le sujet m'était venu en voyant l'homme pâle qui venait juste de passer derrière la table et qui était certainement l'un d'eux. Mais un « gentil », si on pouvait le dire comme ça. « Je suis curieuse de savoir ton avis sur l'expérience. » Surement que ses pensées m'apporteraient tout sur un joli plateau avant qu'il commence à ouvrir la bouche, mais n'importe. Je tournais le bouchon de ma bouteille et prenais une gorgée avant d'écouter sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Aiden V. Carter
    COUPIIIIIINE de l'admin .. avec connexion alors taggle (l)

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 26

MORE THAN YOUR BLOOD
YES, I HAVE FRIENDS:

MessageSujet: Re: High School never Ends. || PV Enea d'amour.   Mer 3 Juin - 22:45

    « Hm juste une .. bouteille d'eau ? » Aiden acquiesça en silence en mettant la bouteille d’eau sur son plateau à lui. Il fronça les sourcils en la voyant aller directement s’asseoir., Et il fit une petite moue déçue, en réalité, il avait vraiment l’impression qu’elle était là a contre cœur, et même s’ils ne se connaissaient pas beaucoup, ca ne faisait pas vraiment plaisir a Aiden, bien au contraire. Il était à la limite de la vexation, même s’il le cachait. Il garda – ou tenta de garder – le même enthousiasme que tout à l’heure, mais sans aller jusqu'à dire qu’Enea était de mauvaise compagnie, il n’allait pas dire non plus qu’elle était super bavarde ni qu’elle était l’amabilité même. Il en aurait presque préféré entendre Emy lui gueuler dans les oreilles parce qu’il s’était trompé sur un accord. Il paya et rejoignit Enea a la table qu’elle avait choisie. Ce n’était d’ailleurs pas sa préférée, mais bon, après tout, on s’en fou. Il lui donna sa bouteille, agrémentée d’un mignon petit sourire, puis il entama son brownie.

    « Tu as déjà discuté avec un vampire ? » Aiden manqua de s’étouffer en entendant la question d’Enea. Il avala la bouchée de brownie qu’il avait en bouche, et ensuite bu une longue gorgée de son coca. Il se racla la gorge. A vrai dire il ne savait pas comment répondre. Il se demandait si elle lui posait cette question parce que justement elle n’avait jamais parlé avec un vampire. Auquel cas il n’avait pas vraiment envie de lui faire peur. Même s’il fallait bien qu’elle soit mise en garde. D’un autre côté peut être qu’elle en avait déjà rencontré un, et soit elle voulait être rassurée, soit elle était tombée sur un méchant et se demandait s’ils étaient tous comme ca. Il se racla la gorge une nouvelle fois. Et a ce moment, deux choses lui virent à l’esprit. C’était deux exemples totalement contradictoires, pas totalement contradictoire, mais grandement.

    Aiden se mit d’abord a penser au vampire prénommé Adriel. Bien sûr, la première chose qui lui vint à l’esprit, c’est le moment où ses crocs ont transpercé la peau de son pauvre cou. Et ce, pas dans la douceur et la béatitude, au contraire. Mais après, il se souvint du moment où il l’avait sauvé de trois vampires. Adriel n’était certes pas le model même du vampire végétarien –enfin, pas tout le temps – que le maire montrerai lors d’un discours, mais au moins, il n’était pas un vampire sanguinaire et sadique. Enfin, espérons. D’ailleurs, en parlant de vampire sanguinaire et sadique, il y avait Seth. Aiden eut une grimace et un frisson mental. Il ne pourrait sûrement jamais oublier Seth, du moins pas de si tôt. Surtout que, même si son poignet était plus ou moins guérit, sa côte, elle, le faisait encore souvent souffrir. Autant ne pas décrire a quel point Aiden avait morfler ce jour-là, même s’il y repensait en détail.

    « Je suis curieuse de savoir ton avis sur l'expérience. » C’te bonne blague, pensa Aiden, ironique « L’expérience serait peut-être une bonne chose si ces cons vérifiaient mieux avant de choisir leur vampire, quoi. » Grogna Aiden avant de les insulter tous intérieurement. « Le gros maire il se croit malin avec sa ville de vampires. » grommela-t-il dans sa barbe, ou dans sa non-barbe, plutôt. « Et toi, t’en pense quoi, de tout ca ? ». Elle n’avait pas du tout l’air d’être le genre de groupie a hurler ou a pouffer en voyant un vampire. Enea avait l’air d’avoir la tête froide ( c’était le cas de le dire ) et sur les épaules. Il se reprit un morceau de brownie, attendant la réponse d’Enea, parce que lui, voyez vous, il ne lisait pas dans les pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: High School never Ends. || PV Enea d'amour.   Ven 5 Juin - 3:41

    Lorsque je lui posais la question sur les vampires, le pauvre manqua de s'étouffer. Bien évidemment, pas besoin de demander pourquoi cela lui occasionnait un tel comportement, puisque toutes les réponses arrivaient sur un plateau en argent directement par son cerveau. Superbe. Je n'avais pas discuté avec des vampires, mais j'avais bien discuté avec un. Adriel. Ça avait été étonnement plaisant et également profondément agaçant, jusqu'à ce qu'il saute sur ma bouche comme un adolescent en chaleur et me plante là sans aucunes explications. J'avais croisé des vampires de ça et là, comme tout le monde, mais ça avait été mon seul vrai contact sinon. Maintenant, Adriel, je la haïssais profondément. Peut-être que ma mère avaient raison, que tous les vampires étaient mauvais. Pourtant, il n'avait pas eu l'air, au départ. Et même après m'avoir embrassé il n'avait pas vraiment l'air d'un pervers. Il ne fallait surement pas que je me casse la tête avec ça, car je ne le reverrai probablement jamais. La preuve, je ne l'avais même pas croisé au lycée les jours d'après. J'ignorais si c'était à cause de moi ou de je ne savais trop quoi.

    J'écarquillais les yeux en voyant l'image qui traversait l'esprit d'Aiden à l'instant. Le garçon, bon d'accord, le garçon décédé à lequel je venais juste de penser. En train de mordre le pauvre cou du pauvre adolescent. Mais pourtant il ne buvait que du sang d'animal ! Je l'avais vu moi même aller en acheter au centre commercial. Il était vraiment mauvais alors ! Je le haïssais encore plus. Comment avait-il pu oser. En plus de s'être attaqué à cet adorable humain (remarque il ne l'avait pas tué comme je pouvais le constater), il m'avait menti. Il buvait bien du sang humain. Je me retenais d'ouvrir la bouche néanmoins, ce n'était pas le moment de trahir ce qu'il me restait de secret. Une autre image montra le catalogué méchant vampire en train de sauver Aiden de trois autres sanguinaires, ce qui eut le don de me calmer un petit peu. J'avais quand même une tête vraiment choquée. Quand à Seth .. Il ne valait mieux pas décrire ce qui me passait dans l'esprit en voyant toutes ces horribles images. Pauvre garçon. Je le plaignais.

    J'avais du mal à garder une figure à peu près neutre avec ce que je voyais dans son esprit. Comment des créatures pouvaient être aussi cruelles ? Et Adriel avait surement été comme ça à un moment ou à un autre. Il l'avait démontré, il avait mordu le pauvre Aiden. J'étais assez triste. « L’expérience serait peut-être une bonne chose si ces cons vérifiaient mieux avant de choisir leur vampire, quoi. » Vive la vulgarité. Je haïssais tous les « gros » mots et autres insultes. Ne me demandez même pas pourquoi .. Je trouvais ça tout simplement dégoutant et horriblement moche. J'étais assez d'accord avec lui, car il me démontrait que les rues n'étaient finalement peut-être pas si sures que ça le jour. J'essayais de ne pas faire attention aux insultes qu'il proliférait intérieurement pour me concentrer uniquement sur ses paroles. Il ne manquerait plus que je fasse une bourde. J'étais sur le point. « Le gros maire il se croit malin avec sa ville de vampires. » Je n'avais pas vraiment de commentaires à faire sur ça, à part qu'il était un peu méchant.

    « Et toi, t’en pense quoi, de tout ca ? » Je le fixais quelques secondes avant de me rappeler que je devais parler. Je sursautais légèrement et me rehaussais sur ma chaise. « Pas grand chose. » Je fermais les yeux quelques instants et poussais un soupir avant de reprendre la parole. « Enfin je veux dire, c'est une bonne chose que nous soyons au courant de l'existence de telles créatures. Ça empêche les gens d'aller tous droit dans les filets des vampires sanguinaires et de réfléchir un peu avant de se promener la nuit sans surveillance. D'un autre côté, il y aura toujours tous ces débiles qui développeront une obsession pour tout ce qui est différent .. Et bien sur ces filles qui penseront qu'avoir un petit ami vampire est tout simplement super. » Je m'arrêtais quelques instants avant de reprendre la parole. « Je ne pense pas qu'ils sont foncièrement mauvais ni qu'ils peuvent être foncièrement bons. En fait, je n'en sais absolument rien. Après tout, ils sont morts, mais je ne pense pas comme dans Buffy qu'ils ont perdu leur âme ou qu'ils gardent quand même toute leur tête. J'étais plutôt optimiste, mais maintenant que je sais de quoi sont capables des gens comme Adriel ou Seth .. » Il ne fallait peut-être pas que j'ouvre la bouche. J'avais déversé un torrent de paroles sans vraiment trier ce que j'étais SUPPOSEE savoir et ce que je SAVAIS. J'écarquillais légèrement les yeux et commençais à bafouiller. « Je les .. connais de .. enfin, j'ai .. ils ont mordu .. oui, enfin, tu vois .. » J'étais stupide. Si j'avais gardé un comportement tout à fait normal, il aurait supposé que je les connaissais en vrai. Mais après m'être comportée de cette manière .. Bon. Rester stoïque. Il n'y avait que ça de vrai. Je devenais muette.
Revenir en haut Aller en bas
Aiden V. Carter
    COUPIIIIIINE de l'admin .. avec connexion alors taggle (l)

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 26

MORE THAN YOUR BLOOD
YES, I HAVE FRIENDS:

MessageSujet: Re: High School never Ends. || PV Enea d'amour.   Mer 10 Juin - 22:24

[ attention, premier post en ‘je’ = crash test xD ]


    J’étais peut-être un peu méchant, c’est vrai. Surtout avec le maire, c’était vrai aussi. Mais je pense que j’avais quand même de bonnes raisons. Je m’étais fait attaqué a deux reprises par des vampires. Et encore, je comptais pas la tentative avortée de ce Sebastian ou je sais plus qui, et ses deux acolytes. Quand je disais que j’avais la poisse, je ne mentais pas, surtout quand je parlais de poisse vampirique. Je ne pu retenir un sourire en voyant Enea sursauter, elle n’avait pas l’air d’avoir l’habitude de parler… Au contraire de moi. J’étais bavard, j’avoue. « Pas grand chose. » Bizarrement, ca ne m’étonna même pas, et je me surpris à faire un petit sourire amusé en enfournant une énième bouchée de ce brownie qui – décidément – était interminable. Pas qu’il était dégueulasse, mais bizarrement, j’avais l’impression de mettre une éternité a le manger. Puis, au moment même où j’allais lâcher un soupir, elle en lâcha un à ma place. « Enfin je veux dire, c'est une bonne chose que nous soyons au courant de l'existence de telles créatures. Ça empêche les gens d'aller tous droit dans les filets des vampires sanguinaires et de réfléchir un peu avant de se promener la nuit sans surveillance. D'un autre côté, il y aura toujours tous ces débiles qui développeront une obsession pour tout ce qui est différent .. Et bien sur ces filles qui penseront qu'avoir un petit ami vampire est tout simplement super. » Je fronçais les sourcils, un air sérieux sur le visage – ce qui était rare, fallait l’avouer – et finalement, je devais admettre qu’elle n’avait pas tort. J’avais toutefois envie de l’interrompre, histoire de lui dire que, en fin de compte, ce n’était pas parce qu’on savait que les vampires existaient, qu’on en était protégés. Je savais que Seth était un vampire, et pourtant je n’ai rien pu faire lorsqu’il m’a attaqué. Combien d’humaines croient vraiment que l’eau bénite brûle les vampires ? Moi j’y croyais – maintenant – mais avant, j’aurais rit au nez de la personne qui m’avait dit ca. Et puis on ne pouvait pas dire que le maire – vraiment, celui-là, je le détestais – nous mettait bien au courant. Non vraiment. Il devait avoir trop peur qu’on fasse du mal a ses précieux petits vampires, tandis que le taux de mortalités explosait a Napalee. C’était incroyable comment je détestait ce cochon sur deux pattes. Et le fait que j’avais faillit mourir une paire de fois a cause de lui n’arrangeait rien. Et dire que j’étais pour l’intégration des vampires, avant.

    « Je ne pense pas qu'ils sont foncièrement mauvais ni qu'ils peuvent être foncièrement bons. En fait, je n'en sais absolument rien. Après tout, ils sont morts, mais je ne pense pas comme dans Buffy qu'ils ont perdu leur âme ou qu'ils gardent quand même toute leur tête. J'étais plutôt optimiste, mais maintenant que je sais de quoi sont capables des gens comme Adriel ou Seth .. » J’avais tout écouté attentivement, et j’étais encore une fois d’accord : peut-être y avait-il des vampires qui ne faisaient pas d’écart et qui n’étaient pas de gros sadiques en puissance. Peut-être la l’espèce vampirique était comme l’espèce humaine : capable du pire comme du meilleur. Mais la balance penchait plus du côté du pire, a mon humble avis. Et puis, elle prononça les deux noms d’Adriel et de Seth. J’écarquillais les yeux, j’en lâchait même ma fourchette. Je la fixai intensément. Comment elle savait ? Je ne l’avais dit a personne, hormis les membres du groupe. Hors elle n’en connaissait aucun, et de toutes façons, aucun d’en eux n’aurait répété. Je me redressais sur mon siège et croisais les bras sur ma poitrine, la regardant s’emmêler les pinceaux. J’étais vraiment curieux. « Je les .. connais de .. enfin, j'ai .. ils ont mordu .. oui, enfin, tu vois .. » j’affichais un air suspicieux avant de me rapprocher de la table, j’y posais mes coudes, approchais mon visage presque au centre de la table et je la fixait à nouveau. « Tu mens très mal. Dis moi comment tu as su. » J’étais autoritaire, c’était vrai, et j’avais été un peu trop froid a mon goût – j’en étais d’ailleurs désolé – mais je n’avais pas réfléchis, les mots étaient sortis tout seul. De toutes façons, j’étais tellement abasourdis que je ne pensais pas a prendre des pincettes. Mais je tenais vraiment a savoir comment elle avait su. C’était vraiment bizarre. « N’essaye pas de me sortir une excuse bidon, Enea. Personne n’était au courant. » Enfin .. Normalement. Je soupirais et me jetais presque au fond de la chaise. Reprenant un air plus approprié a mon visage, et une fois le ‘ choc ‘ passé, je lui sourit légèrement. « Tu peux me le dire, tu sais. Je suis une tombe. » J’haussais les épaules en songeant que – en parlant de tombe, j’avais failli m’y retrouver. « Ecoute, vraiment, ne me prends pas pour un abruti. Quelqu’un t’en as parlé ? Je voudrais savoir qui. » Vraiment, je ne voyais personne qui aurait pu le lui répéter. Même par le bouche à oreille, c’était impossible. En tout cas, il était impossible qu’elle sache pour Adriel, il n’y avait que June qui était au courant. Pour Seth par contre, vu que je m’étais retrouvé à l’hôpital, elle aurait pu en entendre parler. Mais même, tout ca c’était vraiment trop, trop bizarre. Et je ne la laisserai pas rester stoïque de cette manière.


[ Alors? x) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: High School never Ends. || PV Enea d'amour.   Dim 14 Juin - 14:36

    J'avais fait une bourde. Une énorme bourde. Et après ? J'étais bien connue pour ne pas savoir me contrôler dès que je commençais à parler. Je venais de me découvrir une personnalité de bavarde refoulée et je devais avouer que cela ne me convenait pas tellement. Peut-être que c'était un pouvoir qu'avaient les personnes intéressantes, de vouloir me faire parler. Aiden était unique dans son genre puisque, si je pouvais justifier pour envie de parler avec les vampires par le fait que je ne pouvais pas entendre leurs pensées, il n'y avait absolument rien qui pouvait justifier mon envie de parler avec ce garçon. J'avais été plutôt désagréable avec lui et j'espérais quand même réarranger le coup, même si cela semblait un peu dur. Il avait l'air quand même d'être un garçon peu rancunier, à l'exception d'envers les personnes aux crocs. J'espérais qu'il n'avait pas remarqué mon hésitation, mais il avait écarquillé les yeux de façon assez évidente et avait même laissé tomber sa fourchette. Un peu exagéré comme réaction, non? J'attendais ce qu'il allait bien pouvoir me dire. De toute façon, il ne pouvait pas résolument deviner que je pouvais lire dans ses pensées car .. personne ne savait faire ça, vous voyez ? « Tu mens très mal. Dis moi comment tu as su. » Je prenais une grande inspiration et baladais mon regard aux alentours. Qu'est-ce que j'allais bien lui répondre ? J'espérais que ses pensées allaient m'apporter la réponse à dire pour qu'il n'ait plus aucuns soupçons. Pour l'instant rien, à part le fait qu'il voulait vraiment savoir comment j'avais su. Est-ce que je devais répondre avec une phrase à demi sans sens qui se voulait énigmatique et qui me ferait transparaitre comme un personnage mystérieux ? Rien ne me venait à l'esprit. Je priais pour qu'un dieu passe par là et fasse fondre un éclair sur Aiden ou .. un truc du genre. Qu'il soit bien sonné et qu'il ne se souvienne de rien. « N’essaye pas de me sortir une excuse bidon, Enea. Personne n’était au courant. » « Pourquoi est-ce que je suis obligée de m'expliquer, je veux dire que .. enfin .. euh .. » Je montais les sourcils en cherchant à toute vitesse une excuse pas bidon à dire. Après tout, si je niais, cela me rendrait encore plus suspicieuse. « Ecoute, vraiment, ne me prends pas pour un abruti. Quelqu’un t’en as parlé ? Je voudrais savoir qui. » Ah ! Il abordait le sujet à l'oral, il allait forcement y penser. J'essayais de me débarrasser des bruits des pensées des rares personnes aux alentours pour me concentrer uniquement sur celles d'Aiden, et découvrir qu'il avait .. dit pour Adriel à June. C'était plutôt pratique. Et pour Seth, j'aurais pu l'apprendre à l'hôpital. Est-ce qu'il faisait exprès de me donner toutes les réponses ? Je riais de victoire intérieurement. Tout était si simple.

    « Tu connais June ? Bien sur que tu connais June .. Il est sympathique .. Tu sais, il m'a parlé de ce que t'a fait Adriel .. C'est plutôt fou, comme truc ! J'ai mal pour toi. Je n'ai jamais été mordue, bien entendu, mais j'imagine que ça ne doit pas être une partie de rigolade .. » J'avais essayé de parler le plus normalement. Ou en tout cas, normalement pour une adolescente normale, vous voyez ? J'espérais être convaincante. « Et puis je le connais personnellement, Adriel. En fait je dois te dire que je ne l'aime pas trop, alors .. » Là je ne mentais pas, alors c'était plutôt facile à dire. Je parlais, je parlais, pour avoir l'air la plus détendue possible mais je me doutais que ça ne devait pas transparaitre sur mon attitude. J'étais habituellement crispée, froide et impassible, et ça ne changeait pas vraiment. J'avais l'air d'une vraie statue, il fallait absolument que je m'améliore de ce côté là. « Concernant Seth .. En fait, je suis plutôt une habituée de l'hôpital. Maladresse oblige. Les médecins parlent beaucoup entre eux et je suis très à l'écoute, alors .. » Je poussais un petit soupir et me redressais sur ma chaise, pour appuyer mes coudes sur la table. « Je ne connais pas personnellement d'autres vampires qu'eux, alors c'est vrai que mon expérience est peut-être un peu trop limitée pour que mon avis puisse être considéré comme objectif, mais je ne suis pas sure quand même que depuis cette annonce le taux de mortalité ait baissé .. Et comment est-ce qu'on peut vraiment savoir que c'est dans le meilleur intérêt des humains et des vampires ? C'est peut-être une sorte de gigantesque émission de télé réalité ou une expérience à petite échelle qui va se finir par la mort de tous les humains ou des plans super secrets pour une guerre par une association cachée un truc du genre .. » Je reprenais ma respiration, dieu ce que je pouvais parler, et réfléchissais vite à quelque chose d'autre que je pourrais sortir. « N'empêche à ce que je vois tu as failli te faire croquer un bon nombre de fois Aiden ! Tu devrais faire plus attention. » Je fronçais les sourcils. Étais-je censée le savoir, ou pas ? Cela devenait vraiment trop compliqué. J'essayais de rester calme comme s'il me l'avait déjà dit, n'étant pas sure.
Revenir en haut Aller en bas
Aiden V. Carter
    COUPIIIIIINE de l'admin .. avec connexion alors taggle (l)

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 26

MORE THAN YOUR BLOOD
YES, I HAVE FRIENDS:

MessageSujet: Re: High School never Ends. || PV Enea d'amour.   Jeu 18 Juin - 2:02

    Enea ne savait décidément pas du tout mentir. Je veux dire, oui, il m’arrivait parfois d’être naïf - Ouais, le pire c’est que j’en étais conscient – mais bon quand même. Il aurait fallu être totalement idiot et aveugle pour ne pas se rendre compte qu’Enea mentait. Elle pataugeait dans la semoule, et encore, on nageait en plein euphémisme. Pour être franc, on avait surtout l’impression qu’elle se débattait dans des sables mouvants. Non mais franchement, elle me prenait pour un con ou quoi ? « Pourquoi est-ce que je suis obligée de m'expliquer, je veux dire que .. enfin .. euh .. » Je soupirais et me retenais de lui lançer un « parce que je suis très concerné. » Ou un truc dans le genre. Franchement. « Tu connais June ? Bien sur que tu connais June .. Il est sympathique .. Tu sais, il m'a parlé de ce que t'a fait Adriel .. C'est plutôt fou, comme truc ! J'ai mal pour toi. Je n'ai jamais été mordue, bien entendu, mais j'imagine que ça ne doit pas être une partie de rigolade .. » Je fronçais les sourcils, quelle actrice. Si June avait parlé avec elle – ce dont je doutais vu son caractère de cochon – il ne lui aurait sûrement pas parlé de ca. S’il y avait quelqu’un à qui je pouvais faire confiance, c’était bien a June. « Et puis je le connais personnellement, Adriel. En fait je dois te dire que je ne l'aime pas trop, alors .. » Ca, au moins, c’était déjà un peu plus logique. Quoi que je n’avais aucun moyen de savoir si c’était la vérité ou pas. Peut-être que si je lui demandais une description du vampire et qu’elle me répondrait « il est pas coiffé » je la croirais. Ou pas. « Okay, un point pour Adriel. Mais pour June, tu peux trouver autre chose. » Lâchais-je, amusé de la voir se débattre comme ca dans son mensonge. Je me demandais d’ailleurs comment elle avait eu l’idée de parler de June, après tout, il n’était pas le mec le plus sociable de la terre. « Concernant Seth .. En fait, je suis plutôt une habituée de l'hôpital. Maladresse oblige. Les médecins parlent beaucoup entre eux et je suis très à l'écoute, alors .. » Je me raidis en l’entendant parler de Seth. Il allait falloir que j’aille voir un psy, si ca continuais. Ou pas, encore une fois. Je soupirais. « Peut-être. Mais comment t’as su que c’était de moi qu’ils parlaient ? » Bah ouais, c’est vrai ca. Ils auraient pu parler de n’importe qui d’autre. Je doutais grandement que j’étais la seule et unique victime de Seth. « Je ne connais pas personnellement d'autres vampires qu'eux, alors c'est vrai que mon expérience est peut-être un peu trop limitée pour que mon avis puisse être considéré comme objectif, mais je ne suis pas sure quand même que depuis cette annonce le taux de mortalité ait baissé .. Et comment est-ce qu'on peut vraiment savoir que c'est dans le meilleur intérêt des humains et des vampires ? C'est peut-être une sorte de gigantesque émission de télé réalité ou une expérience à petite échelle qui va se finir par la mort de tous les humains ou des plans super secrets pour une guerre par une association cachée un truc du genre .. » Je ne connaissais pas beaucoup Enea, mais au moins, je la connaissais assez pour me rendre compte que ces bavardages étaient loin d’être habituels. N’empêche, quelque chose d’autre clochait. Je ne le fis pas remarquer tout de suite, mais elle venait de dire qu’elle connaissait personnellement ces vampires. Donc elle y incluait Seth, ce qui était loin d’être logique. « Herm. Enea ? Tu viens de dire que tu connais personnellement ces deux-là. Toi qui sais tout, tu devrais être consciente que c’est illogique. Je veux dire, ca m’étonnerais que tu connaisse Seth. Il t’aurait attaqué peut-être – ca m’étonnerait pas de lui – mais le ‘connaître’… » Sous-entendu : t’es tellement coincée dans ton mensonge que tu dis n’importe quoi, ma vieille. Je me rapprochais de la table et terminais le maudit gâteaux d’une bouchée.

    « N'empêche à ce que je vois tu as failli te faire croquer un bon nombre de fois Aiden ! Tu devrais faire plus attention. » Bah tiens ! J’aurais peut-être pu me laisser convaincre par ses excuses bidons très, très drôles et la pitié que j’avais pour elle a la voire se démener pour s’être trahie. Mais là, sa dernière remarque venait de piquer ma curiosité au vif. Je retirais la fourchette de ma bouche et la pointais sur Enea. « Bon, t’as finis de me prendre pour un abruti, maintenant ? » On aurait pu croire que je la menaçais avec ma fourchette, mais je n’étais pas aussi désespéré. Juste qu’au lieu de la montrer du doigt avec un air inquisiteur, je la montrais de la fourchette. En tout cas, mon air n’en était pas moins inquisiteur. Non mais oh. < On m’la fait pas, à moi >. C’était impossible qu’elle sache que j’avais faillit finir en bouillie pour vampire plus d’une fois. Et cette fois, vraiment impossible. « Tu me dis la vérité maintenant ? » Lâchais-je, curieux. « De toutes façon, soit t’es voyante – ce dont je doute, sinon t’aurais vu venir l’avalanche de bouquin sur ta tête – soit tu lis dans mes pensées. » Je la fixai un moment. « N’empêche, ca doit être vachement cool de lire dans les pensées ! » Quoique, ca dépends lesquelles. J’imaginais déjà le genre de pensées qu’avait le prof de maths et je grimaçais pour elle. Ce type avait vraiment une tête de pervers sado-masochiste. Beurk. N’empêche, j’imaginais déjà tout les avantages de lire dans les pensées ; comme par exemple pouvoir tricher sans se faire capter en lisant les réponses dans l’esprit de l’intello de la classe, ou répondre au professeur quand il te voit en train de parler et de pas l’écouter – j’imaginais déjà la tête qu’il ferais si je lui répétais mot pour mot ce qu’il venait de pondre – ; ou encore savoir exactement ce que les gens pense de toi. Ahhh, si seulement je pouvais lire dans les pensées de June ! HAN ! Non ! Et si j’avais raison – c’était délirant, certes – mais si Enea pouvait lire dans les pensées alors elle pourrait savoir que j’étais am.. Ah ! Je la regardais genre ‘ ca suffit maintenant !’ je crois que je devenais complètement paranoïaque. Bon, je n’étais pas du genre a fantasmer 24h sur 24, mais c’était super gênant. Déjà que j’avais du mal de m’avouer a moi-même mes sentiments pour June, si en plus y’avait quelqu’un dans ma tête qui écoutait aux portes ! J’allais devenir dingue. Bon, ne pas penser a June. Ne pas penser à June. Ne pas… June n’existe pas. Compris Aiden ? Y’a pas de June. C’est juste un mois de l’année. Voilà. Un mois de l’année avec une voix de fou, qui écrit des chansons carrément géniale, que j’ai toujours envie de jouer dessus. Un simple mois de l’année fort charmant et… C’était horrible ! Plus j’essayais de ne pas penser a June, et moins j’y arrivais. Enea, ca suffit ! Vas t’en de là, vilaine. Bon, je décidais de porter mon attention sur autre chose. Une chanson ; voilà, un morceau.. Le premier qui me vint dans la tête. Voilà, ah, je songeais aux accords, au son de ma guitare et j’arrêtais enfin de penser a onsaitqui. « Bref, j’ai bon ou pas ? » J’avais l’impression de me retrouver dans une mauvaise parodie de Twilight.. C’était pas le fruit de mon imagination en plus ; Enea lisait peut-être dans les pensées, j’essayais tant bien que mal de lui tirer les vers du nez, et en plus on était dans une cafétéria. N’empêche, me retrouver a la place de la potiche de service amoureuse d’un vampire c’était pas vraiment – non, en fait c’était surtout : vraiment pas – valorisant pour moi. Pff, sérieux.


[ argh c’est nul ! XD ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: High School never Ends. || PV Enea d'amour.   Sam 20 Juin - 17:06

    J'étais presque persuadée que je n'allais pas pouvoir me sortir de ce pétrin. Quelle angoisse. Je n'étais pas capable de garder un secret plus de deux conversations ? Vraiment ? Voilà pourquoi je ne parlais pas d'habitude aux gens. J'aurais du partir et ne pas aller m'asseoir avec lui dans une cafétéria pour compromettre mes chances de vivre une vie à peu près normale. Je doutais qu'Aiden aille me dénoncer aux scientifiques ou je ne savais trop quoi, mais quand même. Si je gardais le même comportement avec tout le monde, cela ne tarderait pas à arriver .. Et ce n'était pas du tout dans mon avantage. De toute façon, avant qu'ils viennent me prendre, je me ferais mordre par un vampire et irait me cacher dans les bois. Quelle vie monstrueuse. « Okay, un point pour Adriel. Mais pour June, tu peux trouver autre chose. » Je soupirais et montais les yeux au ciel, comme si je trouvais qu'il était vraiment paranoïaque. En vérité, je paniquais vraiment pour trouver quel mensonge j'allais bien sortir maintenant. « Si tu ne veux pas me croire, c'est bien ton problème .. » Je n'avais pas trouvé grand chose d'autre, mais j'étais assez satisfaite de ma réponse. Cela faisait un peu dur quand même, parce que bien que je n'étais pas connue pour avoir une très grande affection envers les humains Aiden faisait partie des plus agréables d'entre eux, et je ne voulais pas forcement qu'il me déteste. « Peut-être. Mais comment t’as su que c’était de moi qu’ils parlaient ? » Je prenais une gorgée d'eau et marquais un petit temps pour trouver mes mots. « Il n'y a pas énormément d'Aiden Carter en ville ... » J'essayais de me calmer niveau longueur des phrases car je me rendais compte que mon bavardage incessant devait être assez suspect. Étais-je complètement cuite, ou avais-je encore un moyen de me rattraper auprès du jeune garçon ? Je ne pouvais que supposer. Je ne pouvais qu'attendre, et voir, essayer d'esquiver les questions difficiles du mieux que je pouvais et passer en dessous des obstacles. C'était éprouvant, entre mes efforts vains pour essayer de bloquer les pensées aux alentours et ceci, ma tête était sur le point d'exploser. « Herm. Enea ? Tu viens de dire que tu connais personnellement ces deux-là. Toi qui sais tout, tu devrais être consciente que c’est illogique. Je veux dire, ca m’étonnerais que tu connaisse Seth. Il t’aurait attaqué peut-être – ca m’étonnerait pas de lui – mais le ‘connaître’… » Je savais bien que j'avais du faire une bourde ! Le mot personnellement était de trop. Que dire ? Que je m'étais trompée ou que je l'avais bien rencontré ? Je tentais le tout pour le tout. « Je ne connais pas VRAIMENT Seth, mais il a déjà essayé de m'attaquer .. J'ai eu la chance qu'un super héros bénévole passe par là .. » Je fronçais les sourcils, mon histoire n'était pas du tout impossible. Après tout, il y avait sans cesse des récits de ce genre dans les journaux, et que ça arrive à une fille aussi malchanceuse que moi n'était pas une surprise. J'étais un aimant à problèmes. Peut-être que je les provoquais aussi. « Je m'exprime mal, désolée. Je ne suis pas très douée pour parler. Je ne parle pas, d'habitude. Et là je n'arrête pas d'ouvrir la bouche, je m'étonne moi même .. » J'appuyais ma tête sur mes mains en coupe, les coudes posés sur la table. Lorsque mon pouvoir était apparu, je ne pouvais entendre que des bribes de phrases ou des murmures. Maintenant, j'étais capable de tout entendre assez distinctement et à une distance plus que respectable. Est-ce que j'allais un jour avoir la capacité de bloquer les pensées ? De pouvoir décider de ne rien entendre ? Tout serait simple alors. Peut-être un peu trop simple.

    Il retira la fourchette de sa bouche et la pointa sur moi. Comme si j'étais choquée, je relevais la tête et me reculais quelque peu, avec un air interrogateur et la bouche entrouverte. Savait-il que son geste était extrêmement déplacé ? Je ne lui faisais pas remarquer. Il ne semblait pas vraiment se préoccuper de la façon dont les autres gens voulaient qu'il se comporte, et ce ne serait qu'un gâchis de salive alors d'essayer de faire la même chose. Je le fixais, attendant qu'il ouvre la bouche pour me dire ce qu'il avait remarqué, deviné, et stressais intérieurement. Pourquoi un tel geste s'il ne pensait pas avoir découvert quelque chose ? « Bon, t’as finis de me prendre pour un abruti, maintenant ? » Je baissais les yeux. J'avais conscience qu'il ne devait pas vraiment apprécier le moment que je lui faisais subir, mais n'était-ce pas normal ? Si j'étais capable de mentir correctement, rien de tout ceci ne se serait passé. Il fallait vraiment que je fasse des progrès. Je pris ma bouteille d'eau dans ma main et commença à la balancer de droite à gauche, ayant besoin de bouger les mains ou de tripoter quelque chose à chaque fois que j'étais angoissée. « Tu me dis la vérité maintenant ? » « Il n'y a pas de vérité, je .. » Je fermais les yeux et me tapais une main contre le front, tandis que lui continuait. De toutes façon, soit t’es voyante – ce dont je doute, sinon t’aurais vu venir l’avalanche de bouquin sur ta tête – soit tu lis dans mes pensées. » Je contractais légèrement mes muscles à la fin de sa phrase, mais pas assez pour que cela se voie. Je relevais le regard et le fixais sans réelle expression. Que faire. Il était si proche ! Et il allait surement me harceler avec ceci si je ne lui disais rien. Il n'allait pas me faire de mal. Je n'avais aucune raison de ne pas lui dire ! Non. Il allait me prendre pour une folle, car une fille qui avait le don de lire dans les pensées ça ne courait pas les rues, ou en tout cas, à ma connaissance. J'étais déjà impressionnée qu'il ait pu penser à un truc aussi délirant parce que sérieusement .. Se rendait-il compte que devant une personne normale, il aurait été complètement ridicule ? Ce n'était qu'une affaire de chance, rien d'autre. Et je n'en avais pas, tant pis pour ma pomme. « N’empêche, ca doit être vachement cool de lire dans les pensées ! » Je levais les yeux au ciel et poussais un soupir. On ne pouvait pas dire de phrase plus stupide ! Il n'y avait rien de cool à pouvoir lire dans les pensées, loin de là. J'étais obligée de subir ses pensées puériles par rapport à ce super pouvoir qui cassait la baraque, et étais de plus en plus exaspérée au fil des phrases. Je n'osais rien dire, de peur de faire une bourde, mais il semblait être bien trop occupé par ses propres pensées pour le remarquer. Il se mit à penser à June. En fait, je ne savais absolument pas qui il était par rapport à Aiden, et .. Bien vite je me rendis compte que leur lien semblait plus amoureux qu'autre chose. Aiden était homosexuel ? A vrai dire, cette idée ne sonnait pas très bien dans mon esprit. Je n'avais rien contre ça, mais déjà que j'avais du mal à imaginer l'amour entre une femme et un homme, il était évident que j'arrivais encore moins à imaginer l'amour entre un homme et un homme. Du moment qu'il ne se l'imaginait pas tout nu ou en pleine action dans le lit, sur la cuisinière, dans le placard, dans la baignoire ou n'importe où ça m'allait .. Brr. Enea, ca suffit ! Vas t’en de là, vilaine. Il pensait vraiment que j'avais le pouvoir ? Cela devenait vraiment rapé. « Bref, j’ai bon ou pas ? » Je passais une main dans mes cheveux et prenais une grande inspiration. « Il n'y a rien de cool dans le fait de lire dans les pensées. Être obligée de subir les geignements de tous les pré adolescents et adolescents des environs, d'avoir l'image en direct de leurs pires fantasmes sexuels et de savoir à l'avance tout ce que les gens s'apprêtent à dire, ça n'a rien de marrant. » Je n'avais pas vraiment dit que j'avais ce pouvoir, mais je me sentais le besoin de décrire l'horreur que je vivais quotidiennement. Une personne qui ne lisait pas dans les pensées aurait totalement pu dire ce que j'étais en train de raconter, donc pas de soucis pour moi. « On n'entend pas les pensées grâce à l'ouïe, les paroles s'infiltrent directement dans le cerveau par .. on ne sait quel moyen. Elles sont plus fortes que tout le reste, et aucun son n'est assez fort pour les cacher. Avoir constamment la tête occupée à réfléchir aux pensées des autres .. C'est un enfer quotidien. » Je passais une main sur mon front en le fronçant. « Sans compter les maux de tête à cause des milliers de paroles qui s'entrechoquent à l'intérieur. » Je tournais la tête vers une fille. « Peut-être qu'on sait que cette fille là prévoit de se jeter d'un immeuble à la fin de la journée. » Vers un garçon. « Que celui là va quitter sa femme sans lui dire un mot. » Vers un serveur. « Que celui-là qui a déjà des problèmes d'argent monstres va se faire virer par son patron et perdra sa maison. » Je faisais revenir mon regard vers Aiden, d'une froideur horrible. « Et on ne peut absolument rien faire. Dis moi ce qu'il y a de cool, là dedans. »
Revenir en haut Aller en bas
Aiden V. Carter
    COUPIIIIIINE de l'admin .. avec connexion alors taggle (l)

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 26

MORE THAN YOUR BLOOD
YES, I HAVE FRIENDS:

MessageSujet: Re: High School never Ends. || PV Enea d'amour.   Dim 28 Juin - 22:44

    Peut-être que je n’aurais pas du insister sur le fait qu’Enea lise dans les pensées. Peut-être que j’avais fait une bourde, encore une. Mais j’étais un gaffeur professionnel, je n’y pouvais rien, c’était dans mes gênes. Je pensais bien que ca ne devait pas être simple tout les jours, mais il devait y avoir de bons côtés a cela non ? Encore une fois, je montrais mon optimisme presque maladif. Ca devait vraiment être dur pour Enea, surtout quand on voit que les gens – au lycée, entre autre – n’étaient pas le modèle même de la gentillesse et de la tolérance. Je ne dis pas que je l’étais, mais moi j’ai accepté Enea comme elle était. Bizarrement, plus j’y réfléchissait, plus je trouvais que le fait qu’elle lise dans les pensées n’importait pas vraiment. Je veux dire, elle lisait les pensées, okay, mais elle restait Enea, avec ses qualités et ses défauts. Elle n’en était pas moins humaine, elle n’en était pas moins mon amie. Je ne sais pas pourquoi elle avait refuser de me l’avouer. Après tout, elle savait bien qu’a ma manière j’étais bizarre. Bref, je ne dis pas que je n’étais pas étonné, mais j’avais tellement bataillé pour savoir qu’au final je l’acceptais bien. Même si j’étais on ne peut plus gêné pour June. J’avais déjà tellement de mal a me l’avouer a moi, qu’Enea le sache aussi, ca me faisais bizarre. J’espérais qu’elle allait oublier ce fait, parce que bon sang qu’est ce que c’était gênant ! J’avais compris, au moment même où elle avait prit son inspiration, que j’avais vu juste. Je m’attendais a ce qu’elle me dise quelque chose du genre « tu as raison, je lis dans les pensées » et qu’elle me dise que ca ne changeait rien a ce qu’elle était, ou quelque chose du genre. Mais non. « Il n'y a rien de cool dans le fait de lire dans les pensées. Être obligée de subir les geignements de tous les pré adolescents et adolescents des environs, d'avoir l'image en direct de leurs pires fantasmes sexuels et de savoir à l'avance tout ce que les gens s'apprêtent à dire, ça n'a rien de marrant. » Pendant un instant, je me bénis de ne pas être un gros frustré pervers toujours en train de fantasmer sur tout ce qui bougeait. Est ce que j’était bizarre d’ailleurs ? Purée, j’étais vraiment un martien parmi les adolescents. Mais je comprenais Enea en fin de compte. Je l’imaginais déjà subir les pensées d’Emy la furie, mon dieu, heureusement qu’Enea ne la connaissait pas. Parce que si les pensées d’Emy était comme ses paroles, j’imaginais même pas le bordel dans sa tête. Par contre, j’aurai été curieux de lire dans les pensées de Vince, lui qui ne parlait presque jamais. Ca aurait pu être marrant. Mais je m’égarais là. « On n'entend pas les pensées grâce à l'ouïe, les paroles s'infiltrent directement dans le cerveau par .. on ne sait quel moyen. Elles sont plus fortes que tout le reste, et aucun son n'est assez fort pour les cacher. Avoir constamment la tête occupée à réfléchir aux pensées des autres .. C'est un enfer quotidien. » Je pinçais mes lèvres. Je me rendais compte que j’avais été idiot de directement penser que c’était cool de lire les pensées. En tout cas, si on ne contrôlais rien, ca devait en effet être un enfer. Et je m’en voulais même d’avoir dit ca a Enea qui devait supporter chaque jour. « Sans compter les maux de tête à cause des milliers de paroles qui s'entrechoquent à l'intérieur. » J’aurais voulu lui dire que j’étais désolé, mais je ne préférais pas l’interrompre. Et je suivais son regard vers la fille. « Peut-être qu'on sait que cette fille là prévoit de se jeter d'un immeuble à la fin de la journée. » Je fronçais les sourcils. Elle avait l’air d’aller bien, cette jeune fille. Elle était plutôt jolie, et quand elle se rendit compte qu’on la regardait, elle sourit. Je fus surpris. Allait-elle vraiment se suicider. Par réflexe, je lui rendit son sourire ; Je ne voulais pas qu’elle se suicide, maintenant. Mais si j’allais la voir pour lui parler, elle me prendrait pour un fou. Je comprenais ce que ressentait Enea, a présent, et je l’écoutais silencieusement énumérer les gens et les problèmes qui allaient avec. Tout ces gens qui m’étaient étrangers, qui étaient censé lui être étrangers, brusquement, ils faisaient partie de sa vie. Et il leur arrivait des choses horribles. C’était la vie, mais c’était dur.

    « Et on ne peut absolument rien faire. Dis moi ce qu'il y a de cool, là dedans. » La froideur d’Enea me transperça et je me raidis sur mon siège. Je regardais un à un tout ces gens avant de reporter mon attention sur elle. J’étais sérieux, rarement sérieux, mais là je l’étais. J’attrapais sa main et la serrais dans la mienne. « Enea. » Je plongeais mon regard dans le sien, essayant de passer outre le froid glacial qui y avait élu domicile. « Personne ne te demande d’être une super-héroïne. Tu ne peux pas aider tout ces gens. Et je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de monde qui le puisse. » Je lui lâchais la main. Peut-être qu’elle n’aimait pas ca. J’avais brusquement conscience qu’elle avait grandit trop vite. Encore plus vite que moi qui avait du me débrouiller sans mère, voire sans père. Moi qui me sentait si impuissant face a la mort. Celle de ma sœur, celle de ma mère, celle des victimes de Seth. Mais je n’avais que 17 ans, et Enea aussi. On ne devait pas gâcher notre adolescence. « Tu as ce .. Pouvoir, d’accord. Mais qui t’as dit qu’il faut que tu t’en serve pour les aider ? Je comprend que tu puisse te sentir impuissante, Enea. Mais tu dois penser a toi. » Je marquais une pause. J’étais l’égoïsme même, en fin de compte. Et je le savais. Il n’y avait que moi et les gens de ma petite bulle qui comptait. Mais n’était-ce pas normal ? N’étais-je pas qu’un simple humain ? Tout remplis de défauts et un peu moins de qualités ? « Je sais maintenant que lire dans les pensées, ca craint. Mais tu.. Comment dire ? Tu n’as pas songé a t’en servir pour toi-même ? » Ma question pouvait paraître bizarre, et dans ma tête, elle m’avait paru plus juste que lorsqu’elle était sortie de ma bouche. « Par exemple, tu pourrais avoir 20 sur 20 a tout les examens, répondre a toutes les questions du prof, jouer a la voyante, t’amuser quoi. » J’étais bizarre. J’en prenais conscience, petit à petit. Mais je l’acceptais bien. A nouveau, je marquais une pause. En fait, peut-être que j’énervais Enea ; peut-être que si elle m’avait lancé ce regard froid, c’était pas seulement a cause des choses qu’elle entendait, mais bel et bien parce qu’elle ne m’aimait pas. Ou en fait, elle devait me prendre pour un crétin – un crétin homosexuel, même. Alors que j’étais juste Junesexuel. – je crois que je devenais carrément paranoïaque, mais j’imaginais déjà Enea me détester totalement. Me prendre pour un abruti, me détester, me prendre pour un gamin, me détester, se foutre de moi, me détester a cause de ce que je disais, de ce que je pensais. BREF ! « Et t’as jamais réussi a bloquer les pensées des gens ? » finis-je par demander après ma crise de paranoïa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: High School never Ends. || PV Enea d'amour.   

Revenir en haut Aller en bas
 
High School never Ends. || PV Enea d'amour.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salle de déclarations... d''amour, d''amitié ou autres...
» Pinpin d'amour est sans voix...
» De l’Amour Pragmatique de Dieu : Petit Discours sur la Crainte des Enfers
» Une chanson d'Amour !
» [Illustrateur] Mathia, amour en Westeros

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLOODY HELL ▬ where are we now ..  :: ▬ i n s i d e . n a p a l e e ▬ :: Shopping center :: Book (& others) shop-
Sauter vers: